ACTUALITÉS
 

Des photos sous la neige pour comprendre l’utilisation de l’espace public

publié le 11 janvier 2018

En anglais, cela s’appelle « sneckdown » [1] . En français, il s’agit des espaces non utilisés par la circulation, qui se révèlent sous la neige. Un phénomène qui permet de voir de nombreux espaces de routes ou de trottoirs non utilisés pour la circulation, mais qui ne constitue pas un diagnostic de la situation à lui seul.

Avec la neige tombée récemment, des photos postées par les internautes apparaissent sur les réseaux sociaux, et montrent qu’une grande partie de la voirie n’est pas utilisée par les véhicules, surtout dans les carrefours. D’où une envie pour certains d’agrandir les trottoirs ou les espaces publics. Sur ce sujet un spécialiste du Cerema a été interrogépar une journaliste du Monde.

D’autant que lorsque les aménagements routiers ont été réalisés, il y a 30 ou 40 ans, on visait des vitesses de franchissement des carrefours plus élevées que pour les pratiques actuelles, où l’on cherche à apaiser la ville.

Mais pour Benoît Hiron, chef du groupe sécurité des usagers et déplacements au Cerema, « ce phénomène est un élément qui permet de prendre conscience de l’utilisation des voiries. Mais pour avoir une idée précise de la situation il faut passer par une étude ». Car en effet, une journée enneigée n’est pas révélatrice de l’utilisation habituelle de la voirie : camions de collecte des ordures ménagères, cars scolaires, voire des convois de poids lourds peuvent aussi utiliser la chaussée, et avoir besoin de davantage d’espace que les véhicules classiques.

Toutefois, les jours de neige « il est conseillé aux collectivités d’en profiter pour faire des photos et documenter la situation, comme le suggère l’ouvrage de référence "Voirie urbaine, le guide de l’aménagement" paru en 2016 », ajoute Benoît Hiron. Si un nouvel aménagement est envisagé quelque part, il peut être judicieux d’avoir notamment un aperçu de l’utilisation de l’espace grâce à ces clichés de « sneckdowns ».