ACTUALITÉS
 

Imagerie satellite pour l’aménagement des territoires : retour sur la journée technique du 07/11

publié le 14 novembre 2017

Le 7 novembre, une journée technique sur l’apport de l’imagerie satellitaire pour l’aménagement des territoires a eu lieu à Toulouse. L’objectif était de présenter aux acteurs des territoires l’outil d’aide à la décision que représente l’imagerie satellite pour la thématique aménagement ainsi que de favoriser les échanges à ce sujet entre les utilisateurs, les entreprises et la sphère scientifique.

La journée technique sur "l’Apport de l’imagerie satellitaire pour l’aménagement des territoires" organisée dans le cadre des animations ART Occitanie, Copernicus Relays et CoTITA par le Cerema Sud-Ouest, s’est tenue le mardi 7 novembre 2017 au CVRH de Toulouse (31).

Cette journée a réuni une centaine de participants issus de collectivités territoriales, de services de l’état, du privé (bureau d’études, PME…), d’agences et d’instituts publics, autour des thèmes suivants :

  • Planification et urbanisme,
  • Nature en ville,
  • Gestion des risques
  • Suivi de grands territoires.

Les présentations se sont attachées à montrer des exemples d’applications opérationnelles mises en oeuvre par différents organismes tels que des agences d’urbanisme, instituts ou services de l’Etat, ainsi que des résultats matures de recherche dans ces domaines.

Un point spécifique sur l’accès aux données satellitaires et aux services associés (Copernicus, Dinamis), ainsi que sur les organismes assurant l’animation du réseau entre communauté scientifiques et métiers (Theia, Copernicus, CoTITA) était également à l’ordre du jour.

L’intérêt des utilisateurs potentiels d’imagerie satellitaire pour l’aménagement des territoires au sein des services des collectivités territoriales et de l’Etat va grandissant, sur plusieurs niveaux de services : de l’ortho-imagerie aux produits métiers sous forme d’indicateurs spatialisés thématiques.

Les applications spatiales, outils d’aide à la décision

Dans un objectif de gestion économe du foncier et de préservation des espaces naturels, le contexte réglementaire impose aux collectivités et aux services de l’État en charge de l’aménagement, une évaluation fine, récente et homogène du territoire et de son évolution.

Dans le même temps, les technologies spatiales d’observation de la terre sont arrivées à un niveau de maturité permettant de proposer des applications spatiales à usage des métiers de l’aménagement et de l’environnement.

Que ce soit en zone urbaine ou en zone rurale, sur de vastes territoires ou à l’échelle
fine du quartier, pour la gestion du littoral ou d’une agriculture raisonnée, les applications spatiales sont aujourd’hui capables d’apporter des outils d’aide à la décision. C’est en ce sens que la filière institutionnelle française du spatial s’organise pour faciliter l’accès à ces dernières.


(Satellite Sentinel)

Présentation du pôle THEIA :

En début de matinée, une présentation du pôle Theia a été réalisée. Ce pôle qui regroupe neuf institutions publiques impliquées dans l’observation de la terre et les sciences de l’environnement, dont fait partie le Cerema, a pour objectif de favoriser l’utilisation des images satellitaires, en mettant ces images d’observation à disposition et en proposant des méthodes de traitement thématiques de ces données ou des produits expérimentaux.

Grâce à son réseau d’Animation Régionale, Theia fédère et anime les échanges entre communauté scientifique et communauté des acteurs de la gestion des territoires autour de l’utilisation des données spatiales et des méthodes d’analyse associées.

Attentes des utilisateurs publics

Un focus sur les attentes des utilisateurs a été réalisé par un représentant de PICTO- Occitanie, un portail interministériel de cartographie sur la région Occitanie, qui a insisté sur le besoin de connaître le potentiel des données satellitaires pour améliorer la compréhension du territoire.

  (nouvelle fenetre)

L’imagerie satellitaire pour la planification urbaine

Un représentant de l’agence d’urbanisme et d’aménagement Toulouse aire métropolitaine (AUA Toulouse), a évoqué les raisons qui ont amené les Agences d’Urbanisme à recourir aux images satellites et les premières utilisations concrètes au sein de la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme et de l’Agence d’Urbanisme et d’Aménagement/Toulouse (température et îlots de chaleur urbains, trame verte et bleue, comparaison de territoires).

La très haute résolution (THRS) pour les thématiques urbaines

Un spécialiste du Cerema a abordé la nécessité d’une connaissance fine des territoires et de leur évolution dans le temps, grâce à la très haute résolution. Dans un contexte de pression démographique et de changement climatique, les décideurs doivent adapter les politiques publiques d’aménagement urbain aux enjeux présents et à venir.

Dans cet objectif, une connaissance fine et régulière de l’évolution de ces territoires est nécessaire. L’imagerie THRS et les indicateurs qui en découlent contribuent à apporter des éléments de réponse.

La très haute résolution pour les trames vertes-et-bleues

L’application opérationnelle de cartes de végétation en planification urbaine a été évoquée par une représentante du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST UMR 5193).

Dans le cadre du projet de l’ANR MApUCE [1], l’élaboration de cartes de densité de végétation à partir d’images satellite à THRS permet d’apporter de nouveaux indicateurs valorisables à court ou moyen terme dans le domaine de l’urbanisme. Combinées aux données de stress thermiques, ces données de végétation s’avèrent être intéressantes pour une application dans les outils opérationnels.

Observation des inondations par satellite

Le cas des inondations de mai-juin 2016 en France a ensuite été présenté par une spécialiste du Cerema : en effet, lors des inondations de mai-juin 2016, le Cerema a été sollicité pour l’accès aux images satellites acquises lors des inondations et pour leur exploitation en terme d’emprise inondée et de hauteur d’eau. Un retour a été fait sur l’expérience utilisateur de ces données sur le secteur de Chateau Renard en particulier.


(Observation des inondations de juin 2016 avec Copernicus)

L’observation du littoral

La DREAL Occitanie et le Cerema ont présenté les travaux réalisés pour observer le trait de côte (la limite entre la terre et la mer) d’Occitanie, à l’aide d’images satellites à très haute résolution spatiale. Le représentant de la DREAl a ensuite exposé les raisons du recours à ces images et leur exploitation. Enfin, le Cerema a présenté l’extraction des traits de côte à partir d’images à très haute résolution, sur l’ensemble de la côte d’Occitanie.

L’imagerie satellitaire pour l’occupation des sols

L’IGN a évoqué la base de données géographique CORINE LAND COVER (CLC), produite dans le cadre du programme européen d’observation de la terre Copernicus Land, et son processus de production basé sur l’interprétation visuelle d’images satellitaires. Des évolutions et améliorations sont attendues grâce à Sentinel 2.


(Suivi des incendies de l’été 2017 avec Copernicus).

Occupation des sols, neige, forêt, agriculture

Deux représentants du Centre d’Etudes Spatiales de la BIOsphère (CESBIO) ont présenté des produits matures des centres d’expertise scientifique de Theia.

Dans le cadre du pôle de données et de services surfaces continentales Theia, le CESBIO participe activement à la réalisation de plusieurs produits issus de l’analyse semi-automatique de séries temporelles d’images satellites des constellations Sentinelles pilotées par l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Deux produits matures "grande échelle" seront présentés lors de cette communication, à savoir l’occupation du sol OSO et la couverture neigeuse. Quelques perspectives de développement de produits dédiés à la forêt et l’agriculture ont été également présentées.

Le programme Copernicus

Le Centre national d’Etudes Spatiales a présenté le programme Copernicus dans ses différentes composantes que sont les services thématiques, les images satellites et les données in situ. Puis le Cerema a évoqué les Relais Copernicus locaux et leurs actions pour accompagner les utilisateurs dans la recherche de produits, l’accès aux données et aux outils.

Diffusion des images spatiales

IGN Espace et Irstea ont ensuite présenté le nouveau Dispositif Institutionnel National d’Approvisionnement Mutualisé en Imagerie Spatiale, qui a pour objet de pérenniser les filières d’approvisionnement, de développer un accès mutualisé et d’accompagner les utilisateurs.

[1Modélisation Appliquée et droit de l’Urbanisme : Climat urbain et Énergie