ACTUALITÉS
 

"Ma thèse au Cerema" : la communication engageante pour la sécurité routière des deux-roues

publié le 10 octobre 2017

Au fil des mois, des doctorants du Cerema relèvent le défi de présenter le sujet de leur thèse dans une courte vidéo. Aujourd’hui, Damien Tamisier, doctorant au Cerema Ouest, présente sa thèse intitulée "Comment amener des conducteurs de deux roues à réduire leur vitesse : l’apport de la communication engageante".

Présentation de Damien Tamisier

Issu du Master 2 de psychologie sociale de l’Université de Nîmes, il effectue sa thèse, portant sur la réduction de la vitesse des conducteurs de deux-roues motorisés, sous la direction du professeur Fabien Girandola de l’Université d’Aix-Marseille.

Cette thèse est cofinancée par le Cerema et l’IFSTTAR, respectivement sous l’encadrement de Chloé Eyssartier, chargée de recherche au Cerema Ouest, et Isabelle Ragot-Court, chargée de recherche au Laboratoire des Mécanismes d’Accidents du département Transport, Santé, Sécurité.

Celle-ci thèse a débuté en 2014 avec une soutenance prévue fin décembre 2017.

Résumé de la thèse

"Comment amener des conducteurs de deux roues à réduire leur vitesse : l’apport de la communication engageante"

Pour les conducteurs de deux-roues motorisés (2RM), la vitesse est un facteur principal d’accident et d’aggravation des blessures pouvant survenir en cas de collision ou de perte de contrôle du véhicule. Les vitesses pratiquées par les motocyclistes sont souvent supérieures à celles des automobilistes, mais également supérieures à la vitesse autorisée et cela dans une plus grande proportion.

La réduction de la vitesse des conducteurs de 2RM constitue donc un enjeu de sécurité routière, et plus largement de santé publique.

Pour répondre à cette problématique, les campagnes de prévention visent à impacter les opinions des conducteurs dans le but d’obtenir des effets sur leur comportement mais cela reste limité.

Au travers d’une approche psychosociale récente et innovante, articulant les effets combinés de la communication persuasive classique et ceux de la théorie de l’engagement, la communication engageante ambitionne d’amener librement les conducteurs à réduire leur vitesse. Ce paradigme consiste à faire précéder l’exposition au message de prévention par la réalisation d’un comportement très peu coûteux pour le sujet en termes de temps ou de complexité. Cet acte préparatoire, systématiquement accepté par les usagers ciblés, facilite l’acceptation ultérieure d’une requête plus coûteuse. L’optimisation de cette procédure consiste à déterminer l’acte et le message les plus efficaces.

Les résultats démontrent que les conducteurs exposés à la communication engageante ont davantage l’intention de réduire leur vitesse et ce, dans une plus grande amplitude en termes de km/h, comparativement à des conducteurs ayant seulement été exposés à la communication persuasive. Ils déclarent par ailleurs avoir réduit leur vitesse plus régulièrement et dans une plus grande ampleur deux semaines après la communication. La dernière expérimentation de la thèse recueille des vitesses réelles : des motos sont instrumentées pour évaluer les vitesses pratiquées, afin de confirmer ou non les résultats précédemment obtenus.

⇒ Découvrez la vidéo de présentation :