Favoriser les actions qui tendent à réduire un maximum les nuisances

L’accroissement démographique, le développement des transports et la densification des villes posent la question du bien-être environnemental des citoyens et de la qualité de leurs lieux de vie. La santé des populations exposées, et notamment celle des personnes fragiles, est particulièrement dépendante de la qualité de l’environnement.

Capteurs pour mesures de la qualité de l'air - © Laurent Mignaux

L’implication du Cerema pour le bien-être et la réduction des nuisances

Historiquement, le Cerema s’est intéressé à l’impact des infrastructures des transports sur la qualité de l’air extérieur, l’acoustique et les vibrations, ainsi qu’à la qualité de l’air intérieur dans le bâtiment. Le Cerema élargit à présent son périmètre d’études et va au-delà de l’état des milieux pour étudier l’exposition des populations, c’est-à-dire le croisement entre la répartition des populations et leurs écosystèmes via les thématiques autour de la qualité de l’air, et de l’environnement sonore et vibratoire.

Le Cerema développe également des approches systémiques pour évaluer sur l’exposition des populations les impacts d’un ensemble de facteurs croisés : qualité de l’air, environnement sonore et vibratoire, mais aussi risques sanitaires des matériaux, environnement électromagnétique, nuisances lumineuses.

Plus généralement, le Cerema contribue aujourd’hui aux travaux dans le domaine de la Santé-Environnement. La « santé environnementale » regroupe les relations possibles entre la santé et les variables environnementales. La « santé environnementale » est déterminée par de nombreux facteurs liés à l’environnement naturel (écosystèmes) et à l’environnement construit (habitat, véhicules,...).

Les Plans Nationaux Santé Environnement

En France, les deux Plans Nationaux Santé Environnement (PNSE1 et PNSE2), déclinés à l’échelle régionale (PRSE), regroupent les mesures et actions relatives à l’environnement santé. Les thématiques traitées dans le cadre de ces plans faisant écho aux métiers du Cerema sont:

  • Transports et Santé : impact des systèmes de transport, mobilités douces, réductions des nuisances, pollutions
  • Habitat et Santé : pollution intérieure (sources intérieures et transfert de polluants venant de l’extérieur), lutte contre l’habitat indigne,
  • Protection des populations vis-à-vis de la pollution des eaux : protection des ressources, maîtrise de la qualité sanitaire des eaux,...
  • Amélioration des connaissances (y compris exposition) sur les enjeux liés aux risques émergents : rayonnement électromagnétique,...
  • Lutte contre les Points Noirs Environnementaux : identification des zones de sur- et co-exposition, étude des effets synergiques entre polluants,...

Le troisième Plan National Santé Environnement met l’accent sur la réduction des expositions environnementales à fort impact sur la santé, sur l’étude des co-expositions et sur l’atténuation des inégalités environnementales.

Le positionnement du Cerema pour le bien-être et la réduction des nuisances

De façon plus générale et thématique, le champ de la santé environnementale s’intéresse aux interactions entre les milieux et l’homme, et notamment aux facteurs suivants :

Le Cerema possède une forte connaissance du territoire et un important savoir sur les impacts environnementaux nuisibles à l’homme. Ses métiers historiques que sont la route, les ouvrages d’art et le bâtiment assurent un fort ancrage au cœur du processus pour le bien-être et la réduction des nuisances.

 

Assurer des prestations et services sur quatre grands axes

Les principaux domaines d’intervention du Cerema sur le champ du bien-être et de la réduction des nuisances reflètent la transversalité de ce champ par rapport aux enjeux d’aménagement des territoires urbains, périurbains et ruraux. Le Cerema peut notamment :

Dans un contexte d'exigence accrue d'information et de transparence de la part des citoyens sur le domaine de la santé, et notamment dans la prise en compte des enjeux sanitaires liés à l'environnement, les politiques publiques évoluent fortement que ce soit sur le plan Européen avec l’adoption de directives européennes, ou sur le plan national : mise en place des PNSE et des PRSE, développement des PLSE.

Dans ce contexte, le Cerema peut jouer un rôle d'accompagnement et d'évaluation des politiques publiques liées au champ environnemental. Le Cerema peut produire des cartes de population exposée à destination du monde de la santé et d’épidémiologistes, afin que ces derniers analysent les effets sur la santé pour permettre au Cerema d’évaluer les politiques publiques et de proposer des leviers d’actions. Du fait de la pluralité de ces champs d'action, une des fortes plus-values du Cerema se retrouve dans sa capacité à adopter une approche transversale liée à plusieurs thématiques et partenaires.

Enfin, le Cerema souhaite développer et encourager la prise en compte des enjeux sanitaires dans les projets d’aménagements du territoire et de développement des infrastructures de transport terrestres, maritimes ou fluviales. Il veut ainsi faciliter le lien entre aménagement, environnement et santé, en proposant des méthodologies d’évaluation des risques sanitaires adaptées à ces projets, et en capitalisant des données relatives à la qualité de l’environnement.