Capitaliser les expérimentations en faveur de la production de logements désirables et abordables

Les politiques du logement sont aujourd’hui fortement questionnées par la hausse continue des prix de l’immobilier et la persistance – voire l’aggravation – des situations de mal logement. Les populations modestes et les classes moyennes sont tout particulièrement affectées par ces difficultés à se loger ou à accéder à un parcours résidentiel répondant à leurs aspirations. Par ailleurs les acteurs publics souhaitent aujourd’hui accompagner les habitants qui cherchent à concrétiser un projet d’habitat collectif atypique, porteur d’une ambition sociale ou écologique.

Logement abordable

Développer une offre de « logement abordable », c’est-à-dire accessible financièrement aux ménages qui n’accèdent pas au logement social et n’arrivent pas à se loger dans le secteur libre, s’est ainsi imposée comme injonction politique. Les collectivités publiques, aux niveaux national comme local, de plus en plus sensibilisées à cette situation, mettent en place des actions pour y répondre à travers les documents de planification et de programmation et les opérations d’aménagement.

Habitat participatif

Au-delà de l’adéquation des logements aux revenus des ménages, l’évolution des modes de vie et des pratiques sociales conduit des ménages à s’impliquer dans la conception de nouvelles formes d’habiter. Portés par des valeurs communes de solidarité, d’éco-responsabilité et de convivialité, les projets d’habitat participatif se multiplient. Ils replacent les ménages au cœur des dispositifs de production de logement, et permettent de mieux répondre à leurs aspirations, à travers par exemple la mise en place d’espaces mutualisés (atelier de bricolage, buanderie, chambre d’amis, jardin partagé...). Les projets affichent souvent des ambitions fortes en matière de développement durable : gouvernance, aspects économique, social, environnemental.

La loi n°2014-366 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (loi ALUR) du 24 mars 2014 répond pour partie aux questions que pose ce nouveau mode d’habiter. Elle créé notamment deux structures juridiques pour permettre aux groupes d’habitants de mener à bien leurs projets.

Accompagner les collectivités dans leur planification et programmation

Planification et programmation

Les travaux conduits par le Cerema sur ce champ visent à comprendre et donner à voir comment, en fonction des enjeux de leur territoire, les collectivités territoriales se mobilisent en faveur de ces nouveaux modes de production de logements, tant en termes de leviers de production (mobilisation du foncier, outils de programmation…) que de produits ou modes de construction (habitat modulaire, auto-construction…) : le Cerema capitalise, assure la diffusion et le partage des connaissances des différentes stratégies développées. Il accompagne les collectivités pour la prise en compte de ces actions dans les démarches de planification et de programmation.

Le Cerema contribue également à des projets de recherche sur l’habitat participatif. Il réalise aussi des études qualitatives en vue d’apprécier la manière dont ces projets sont appréhendés par l’ensemble des acteurs concernés, y compris les habitants. Les approches sociologiques sont ainsi de plus en plus intégrées, par le Cerema lui-même et par le réseau de partenaires potentiels avec lesquels il a la capacité à s’associer.

Le Cerema bénéficie sur ce champ de son expertise issue des travaux réalisés depuis plusieurs années sur la minoration des prix du foncier et les montages innovants et de ses missions d’appui à l’Etat et aux collectivités dans le domaine des écoquartiers, sources d’innovation et d’expérimentations.