Les bâtiments durables au cœur de la transition énergétique

Dans le domaine des performances des bâtiments, pour la caractérisation des impacts environnementaux, le Cerema réalise des Analyse de Cycle de Vie ainsi que des Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire, il accompagne aussi le Ministère dans la définition de la nouvelle réglementation relative aux bâtiments et participe au suivi de l'expérimentation du label E+/C-.

Performance énergétique des bâtiments - © Arnaud Bouissou/MEDDE-MLETR

Performance énergétique des bâtiments

Sur le plan purement énergétique, le Cerema s’attache à évaluer la performance énergétique réelle en site occupé, quel que soit le type de bâtiment, pour en tirer des enseignements à destination de tous les acteurs de la construction et de l’utilisation, que ces derniers soient occupants, gestionnaires ou exploitants-mainteneurs. Pour cela, il a développé une méthode novatrice, associant instrumentation, enquêtes d’observation, de suivi et d’évaluation pluridisciplinaire, technique, sociologique et économique. Il traite non seulement les consommations soumises à la réglementation thermique (chauffage, ventilation, refroidissement et éclairage), mais aussi toutes les autres consommations électriques, y compris des équipements mobiliers (bureautique, audiovisuel, électroménager…). Cette méthode comporte un caractère expérimental, notamment pour caractériser, sur la base de mesures, certaines performances comme l’isolation thermique globale du bâtiment, ou pour pouvoir comparer les consommations mesurées à celles visées dans l’étude thermique réglementaire.

Dans le cadre de la plate-forme de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment (PREBAT), et pour le compte de l’USH, le Cerema a ainsi instrumenté plus de 200 bâtiments pour mesurer leurs performances énergétiques et leur confort thermique pendant deux années d’occupation.

Gestion de Patrimoine Immobilier

Gestion de Patrimoine Immobilier

Au-delà des aspects énergétiques, le Cerema travaille sur la thématique de la Gestion de Patrimoine Immobilier, enjeu majeur pour garantir la qualité du service à l’usager en optimisant le coût global (pérennité du bâti, maîtrise des coûts de fonctionnement, …). Le Cerema a pour rôle essentiel d’assister les gestionnaires publics (État, collectivités, universités, bailleurs sociaux, …) pour la mise en œuvre de démarches efficientes de gestion du patrimoine : organisation de la fonction immobilière, connaissance et suivi du patrimoine, stratégie d’intervention, exploitation et maintenance des bâtiments. Il développe également des outils et méthodes opérationnels à destination de ces gestionnaires. Le Cerema valorise ses compétences avec le Ministère de l’Intérieur (sous-direction des Affaires Immobilières) avec l’élaboration de référentiels métier de maîtrise d’ouvrage et d’exploitation-maintenance durable du patrimoine. Il assiste également la direction des ressources humaines de ce même ministère pour la mise en place d’un programme complet de formation technique dans le domaine du bâtiment et de la gestion de patrimoine immobilier.

Transition écologique et solidaire

Transition écologique et solidaire

La transition écologique et solidaire passe aussi par la prise en compte des besoins et des avis des usagers les plus vulnérables : personnes porteuses de différents types de handicaps mais aussi seniors, enfants, personnes étrangères… Les populations aspirent à des bâtiments, des transports collectifs et des espaces publics accessibles à tous. Les collectivités, petites et grandes, manifestent de plus en plus le souhait de partager les expériences pour résoudre la problématique complexe de la ville accessible à tous, qui représente un enjeu économique important. En lien avec la DMA, la DGALN, la DGITM, la DSCR, les associations de collectivités et les services de l’État, le programme VAT "Ville accessible à tous" copiloté par le Cerema vise à apporter un corpus d’outils, d’aides à la réalisation, de bonnes pratiques à destination de l’ensemble des acteurs de l’aménagement.

Le Cerema s’appuie sur ses différentes directions techniques et territoriales dont les équipes sont composées d’architectes, d’ingénieurs et de techniciens. Ce fonctionnement en réseau permet un déploiement de la connaissance et des compétences, tant au niveau local que national, sur l’ensemble des thématiques liées aux Bâtiments Durables.

 

Assurer des prestations et services sur quatre grands axes

Développer les performances environnementale et énergétique des bâtiments

Développer les performances environnementale et énergétique des bâtiments

Le Cerema participe par ailleurs à l’évolution des règles, en apportant un appui technique et opérationnel à l’expérimentation du référentiel « Énergie-Carbone » (E+ C-), aux niveaux national comme membre du Cotec et de différents GT associés, et local en accompagnant les professionnels pour l’application du référentiel, en partenariat avec la DGALN, le CSTB, l’Ademe.

Dans le domaine de la réhabilitation énergétique des bâtiments, enjeu majeur de la loi pour la Transition Énergétique, le Cerema accompagne les services de l’État, les collectivités et les professionnels. Soutenu par le programme national PACTE, le Cerema développe en particulier un centre de ressources pour favoriser des réhabilitations performantes, durables et respectueuses du patrimoine bâti, en partenariat avec des laboratoires universitaires et des associations. Enfin, le Cerema participe à des programmes nationaux ou européens de recherche et d’innovation. Ils permettent la production de connaissances nouvelles visant par exemple la mise en œuvre de systèmes de ventilation performants ou l’amélioration des modèles et des protocoles de mesures sur ouvrage réel de la performance énergétique des bâtiments.

 

Inscrire la gestion des patrimoines immobiliers dans la transition énergétique

Inscrire la gestion des patrimoines immobiliers dans la transition énergétique

La gestion, l’exploitation et l’utilisation des bâtiments constituent un gisement important de réduction des consommations et donc d’économies. Bénéficiant de son expérience en conseil, AMO, formation, appui et expertise auprès de grands gestionnaires de patrimoine de l’État (Ministères de la Défense et de l’Intérieur), le Cerema propose des offres de service (intégrant l’entrée économique) afin d’accompagner des entités territoriales (CD54, universités, …) et des partenaires internationaux (Cern1) pour :

  • Elaborer leurs schémas directeurs immobiliers ;
  • Optimiser l’exploitation et la maintenance de leur parc ;
  • Mener des démarches environnementales (en particulier d’économies d’énergie) avec les occupants.

En collaboration avec le CSTB et l’Ademe, et dans le cadre du plan de rénovation énergétique des bâtiments, le Cerema poursuit le déploiement et l’exploitation de l’observatoire des contrats de performance énergétique (CPE).

Il conforte également son investissement sur le BIM, en établissant une « convention BIM type » à destination des professionnels de la construction, pour le Plan Transition Numérique dans le Bâtiment, en association avec le bureau d’études BIM in Motion.

Enfin, grâce à son réseau territorial, le Cerema continuera parallèlement à diffuser les bonnes pratiques dans le cadre de l’organisation, à l’échelle nationale, de journées techniques sur l’exploitation et l’usage des bâtiments, ainsi que sur le BIM avec le CSTB.

Approcher sous l’angle économique la transition énergétique du bâtiment et des patrimoines immobiliers

Approcher sous l’angle économique la transition énergétique du bâtiment et des patrimoines immobiliers

Dans un contexte marqué par la préfiguration de la future réglementation thermique (RT) associée à une contrainte budgétaire croissante des maîtres d'ouvrage, le Cerema sera mobilisé pour évaluer, au-delà de leur faisabilité technique, la soutenabilité économique des solutions envisagées en faveur de la transition énergétique et écologique du bâtiment, à l'investissement mais aussi en coût global (E+C-, RT "globale" pour l'existant).

Conditions nécessaires à la massification des rénovations et opérations neuves exemplaires, le Cerema participera également aux travaux menés autour de l’amélioration des moyens de leur financement.

Le Cerema poursuivra ses travaux de connaissance des mécanismes des prix, d’approche en coût global et de maîtrise des coûts de construction et d’exploitation, développés dans les observatoires des coûts de construction et des coûts d'exploitation / maintenance notamment. Ils seront mis à profit pour l’accompagnement des acteurs de la rénovation énergétique pour la convention PREH2 nationale, la création des plates-formes territoriales de la rénovation énergétique (PTRE), l’accompagnement des actions "éco-cités rénovation" en copropriétés (PIA « Ville de demain ») et l'accompagnement de grands gestionnaires pour l'optimisation de la gestion de leur patrimoine immobilier (Ministères de la Défense et de l’Intérieur).

Le Cerema poursuivra également ses activités d'évaluation économique des filières bio-sourcés pour le bâtiment, à l'initiative des services déconcentrés (Pays de la Loire notamment).

Améliorer la qualité technique des bâtiments au profit de leurs occupants

Améliorer la qualité technique des bâtiments au profit de leurs occupants

Les objectifs à court terme du Cerema portent sur les sujets suivants :

  • La surveillance obligatoire de la Qualité de l’air intérieur (QAI) dans certains établissements recevant du public des collectivités ;
  • La caractérisation des émissions des matériaux bio-sourcés (Ademe) ;
  • L’accompagnement de l'activité de Conseiller Médical en Environnement Intérieur ;
  • Des travaux opérationnels et exploratoires sur la ventilation permettant d'offrir des conditions de confort et de santé, de concourir à la préservation du bâti, de contribuer à l’efficacité énergétique des bâtiments, voire de permettre la sécurité des installations ;
  • La vulnérabilité structurelle du bâtiment, sur les questions sismiques mais aussi sur la protection contre les risques inondation et incendie feu de forêt ;
  • Une étude exploratoire acoustique du phénomène bâtiment cocon ;
  • Le suivi qualitatif des Agendas d’accessibilité programmés (Ad’AP), en vue du rapport du Gouvernement devant le Parlement sur ce dispositif ;
  • L’aide à la mise en place de solutions d’effet équivalent en accessibilité ;
  • L’identification de non-conformités récurrentes d’accessibilité sur les logements neufs ;
  • La formation et le compagnonnage technique des services déconcentrés sur le contrôle des règles de construction et la capitalisation des résultats des campagnes de terrain (base Salicorn).