Augmenter la sécurité de la route

Un ensemble de réglementation et de doctrine technique a été mis au point sur les dernières décennies afin d’assurer la sécurité des usagers durant leur parcours. En effet, ce corpus permet de garantir que chaque aménagement routier octroie un minimum de sécurité aux usagers et qu’il y a une homogénéité de traitement des aménagements sur l’ensemble du territoire. C’est cette homogénéité qui permet à l’usager d’avoir une lisibilité de la situation dans laquelle il se trouve et de ce qu’il est attendu de lui.

C’est d’ailleurs là l’objectif des aménagements en sécurité : que l’usager comprenne et réalise ce que le gestionnaire routier attend de lui. Et pour remplir cet objectif il est nécessaire d’intégrer dans les réflexions, le facteur humain et sa relation à l’environnement, principalement l’infrastructure. Il ne s’agit pas seulement de prendre en compte le point de vue d’un usager théorique, méthode utilisée depuis un moment, mais d’analyser la réflexion même de l’usager et les processus psychologiques qui rentrent en compte dans la prise de décision et qui permettent d’expliquer son comportement. C’est l’intégration de l’ensemble de ces éléments qui permettront d’accroître la sécurité du réseau routier français.

C’est en prenant en compte ces éléments que les évolutions de la réglementation et de la doctrine technique doivent se faire. Mais l’analyse du comportement de l’usager demande des compétences spécifiques au niveau de la psychologie humaine mais également une connaissance accrue de l’infrastructure routière.

Assurer des prestations et services pour améliorer la sécurité routière

Dans ce contexte, le Cerema se positionne comme référence avec plusieurs objectifs :

Améliorer la sécurité des routes existantes

L’amélioration de la sécurité des routes existantes se base sur un ensemble de démarches soutenues non seulement par le Cerema mais par les administrations centrales qui ont étés développées principalement pour le réseau routier national.

Ces démarches sont en cours d’évolution et d’adaptation pour permettre leur utilisation sur les réseaux routiers départementaux. L’objectif est notamment de permettre aux maîtres d’ouvrages de définir des priorités sur les itinéraires d’un réseau à analyser, et sur ces itinéraires de définir des plans d’aménagement ou de mise en sécurité de points singuliers. Par ailleurs, les nouveaux aménagements nécessitent également une expertise spécifique vis à vis de la sécurité de la route et des choix possibles pour la garantir.

Accompagnement aux politiques publiques

Les choix de politiques publiques, par exemple la suppression de l’éclairage publique, la création d’une voie réservée aux bus, la création d’une piste cyclable ou la réduction de vitesses limites autorisées, doit faire l’objet d’analyse fine et de mesures d’accompagnement afin de garantir la sécurité des usagers et d’accroître leur acceptabilité de la mesure mise en place. Le Cerema est une ressource forte sur l’analyse de ces choix et les solutions d’accompagnement qui peuvent être mise en place.

Une signalisation cohérente, homogène et compréhensible

La signalisation routière est un langage avec des codes qui sont interprétés par les conducteurs et conductrices de façon automatiques. Pour permettre cet automatisme, il est nécessaire que la signalisation mise en place soit cohérente et homogène par rapport à des aménagements similaires à d’autre endroits du pays. Et pur que cela soit fait, il faut non seulement un socle commun aux bureaux d’études, mais également aux gestionnaires de réseaux routiers. Cela se fait par formations, par mise à disposition de guides techniques, par mise en relations de l’ensemble des intervenants du domaine ou par appui technique et méthodologique d’experts en signalisation qui sont garants de cette homogénéité.

Thématiques spécifiques

Certaines thématiques nécessitent une expertise spécifique afin d’accompagner les gestionnaires routiers aux choix pertinents en matière de sécurité routière :

  • Dispositifs de retenue : leur normalisation au niveau européen a soulevé un ensemble de questionnement sur leur utilisation et plus particulièrement la coexistence de plusieurs dispositifs ;
  • Passages à niveaux : les diagnostics et aménagements de aménagements particuliers sont des études nécessitant des compétences spécifiques en matière de signalisation, de mobilité, d’aménagement urbain, etc. ;
  • Contrôle sanction automatisé (CSA) :la mise en place du contrôle sanction automatisé doit faire l’objet d’une analyse fine de la zone ou l’itinéraire envisagé, avec une méthodologie de choix d’implantation des dispositifs de contrôle.

Études et évaluations des comportements

Tous ces travaux doivent prendre en compte le comportement des usagers, non seulement par des mesures physiques de ce comportement mais également par la compréhension du processus psychologique qu’il y a derrière ce comportement. Ces études nécessitent des compétences de psychologie humaine ainsi qu’une connaissance de l’environnement de l’infrastructure. En faisant travailler psychologues et ingénieurs, le Cerema créé une synergie permettant de comprendre d’avantage les mécanismes de comportements des usagers vis-à-vis de l’infrastructure. Cette compréhension permet alors d’influer la réglementation, la doctrine technique et leurs applications pratiques vers une route de plus en plus sûre.