Concilier enjeux urbains, environnementaux et sanitaires dans les projets de mobilités

Dans les années 2000 lors de la mise en œuvre de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), la nécessité de renforcer les liens entre urbanisme et déplacements et de créer une culture partagée entre l’État et les collectivités territoriales a été mise en évidence. Depuis, cette nécessité ne s’est jamais démentie et même étendue à d’autres champs.

Lyon

En effet, l’élaboration de politiques et projets de mobilité fait face à de multiples évolutions :

  • Depuis la loi SRU, les lois Grenelle, Alur, Maptam, Notre, TECV mais aussi de santé ont amené de nouveaux enjeux auxquels les projets locaux doivent répondre ;
  • Les réformes telles que la fusion des régions, la libéralisation du transport interurbain, la réforme ferroviaire, la dépénalisation du stationnement bouleversent le paysage institutionnel ;
  • Les pratiques de mobilité évoluent avec l’émergence des services liés à l’économie collaborative, aux initiatives de la société civile, l’émergence du numérique, et appellent de nouvelles réponses.

Ces nouveaux enjeux appellent un besoin de décloisonnement entre spécialités, de plus grand dialogue entre professionnels et pour une meilleure intégration des politiques publiques. La transversalité et la transdisciplinarité apparaissent plus que jamais au cœur des préoccupations et des impératifs des politiques de développement durable.

 

Accompagner les acteurs locaux selon plusieurs axes

Dans ce contexte d’enjeux multiples, de recherche d’intégration des politiques publiques et de décloisonnement entre spécialités, le Cerema déploie des actions selon plusieurs axes, allant du développement de nouveaux outils à destination des acteurs locaux à la mise en place d’un dialogue interdisciplinaire aussi bien en interne qu’en externe Cerema :