Transition énergétique et lutte contre le changement climatique

Plan climat

Le Plan Climat annoncé par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot le 6 juillet 2017 dresse la feuille de route du quinquennat pour la transition écologique, énergétique et le changement climatique ; il dessine la trajectoire vers la neutralité carbone de la France à l’horizon 2050. Autre document d’importance, le deuxième plan national pour l’adaptation au changement climatique est attendu en ce début d’année.

Ces orientations s’inscrivent dans un positionnement fort de la France sur le champ du changement climatique au plan international : Accord de Paris, suites de la COP21, « One planet summit » à Paris en décembre 2017, lancement de l’initiative « make our planet great again »

Le Cerema veut se positionner sur ces orientations, en particulier celles du Plan Climat. Les compétences transversales du Cerema impliquées dans ces thématiques sont identifiées et des travaux sont conduits pour développer davantage les complémentarités des différents métiers du Cerema, au service de la transition écologique et énergétique des territoires.

Des approches structurantes sont d’ores et déjà à l’œuvre. Elles sont mises en perspective par référence aux axes du Plan Climat.

Objectifs du Plan Climat où le Cerema est présent

Accompagner et décliner les enjeux énergie-climat dans les territoires

Accompagner et décliner les enjeux énergie-climat dans les territoires

Les territoires sont au cœur de la transition énergétique, ils sont le lieu où les nombreux leviers de l’atténuation du changement climatique et de l’adaptation se rejoignent, sont traduits en objectifs et se concrétisent. Les collectivités ont montré leur forte volonté de se mobiliser et leur action se voit renforcée par l’évolution des outils à leur disposition.

Pour accompagner les territoires, le Cerema se mobilise pour la constitution d’une « boîte à outils pour la territorialisation de la transition énergétique », gamme d’outils, de données, de ressources, de méthodes, de réseaux et d’animation.

Ainsi, le Cerema travaille à la territorialisation de la transition énergétique en contribuant à l’articulation des démarches nationales, régionales et intercommunales et en accompagnant l’élaboration des plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET) ; il poursuit la valorisation des expériences tirées des SRCAE et accompagne l’élaboration du volet climat-air-énergie des SRADDET.

Des approches socio-économiques sont développées : exploration des méthodes de l’économétrie spatiale appliquées à la transition écologique et solidaire, en lien avec l’université de Bourgogne-Franche-Comté, développements méthodologiques autour de la facture énergétique territoriale, comme apport en particulier aux PCAET.

Le lien est fait avec d’autres politiques, comme celle de l’urbanisme en développant, pour ne citer que cet exemple, l’outil de simulation des émissions de gaz à effet de serre (GES Urba).

L’angle des données est également abordé, en ce qu’elles sont indispensables pour agir et évaluer. En particulier, le Cerema capitalisera les retours d’expérience sur les apports pour les collectivités des données de consommation d’énergie récemment mises à leur disposition depuis la loi de transition énergétique (« article 179 »).

Le Cerema est également partie prenante du club STEP (Synergies pour la Transition Énergétique par la Planification). Réunissant l’Ademe, Amorce, le RARE (Réseau des Agences Régionales de l’Énergie), Atmo France, FLAME (Fédération Locale des Agences de l’Énergie), la FNAU, ce club vise à mettre en synergie les compétences de ses membres, afin de mieux accompagner les collectivités dans la prise en compte des enjeux énergétiques dans la planification.

Les contrats de transition écologique (CTE) lancés par le MTES vont permettre, sur quelques territoires dans un premier temps, d’explorer de nouvelles approches pour mobiliser les acteurs et les moyens. Le Cerema se mobilise pour apporter son appui au suivi et à l’évaluation de ces nouveaux outils.

Le Centre national de ressources sur l’adaptation au changement climatique

Le Centre national de ressources sur l’adaptation au changement climatique

En réponse à la demande de la Direction générale énergie-climat et de l’observatoire national des effets du réchauffement climatique, 2018 est l’année de mise en service par le Cerema du centre de ressources national sur l’adaptation au changement climatique qui contribuera de façon opérationnelle à la déclinaison du deuxième plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC) dans les territoires.

Concrétisé par une plateforme web, le centre mettra en perspective les nombreuses ressources disponibles, en les organisant selon les différentes thématiques prises sous l’angle du changement climatique : aménagement, notamment urbain, mobilité, habitat et bâtiment, risques et résilience, vulnérabilité, territoires, infrastructures…

Il proposera aussi des moments d’échanges entre les acteurs des territoires ainsi que des parcours progressifs de découverte et d’approfondissement des différents sujets. Des partenariats seront développés autour de ce centre de ressources.

Le Cerema accompagnera le ministère dans la déclinaison du plan climat et la mise en œuvre de la deuxième version du PNACC, ainsi que les territoires qui seront au cœur du chantier de transition énergétique et climatique.

Les efforts de recherche se poursuivent autour du sujet de l’adaptation au changement climatique, notamment sur le thème essentiel du littoral (programme GICC-LIT), sur l’hydroclimatologie urbaine (suite du projet HYCLAU) et sur les îlots de chaleur (projet DIACLIMAP).

La problématique de l’adaptation au changement climatique sera également abordée en 2018 sous l’angle économique en étudiant et en comparant dans le temps les coûts de l’adaptation et ceux de la non adaptation.

Quelques exemples pour la maîtrise des consommations énergétiques et carbonées

Quelques exemples pour la maîtrise des consommations énergétiques et carbonées

Pour améliorer la performance énergétique du patrimoine bâti, le Cerema a mis en place un centre de ressources sur la réhabilitation du bâtiment ancien (projet CREBA). Avec le « plan de rénovation énergétique de l’habitat », il contribue à des actions de formation, d’information, d’animation des professionnels ou encore à la production d’avis techniques ponctuels (analyse de dossiers ANAH), sur demande des services de l’État. Il développe les mesure in situ des performances sur ouvrage réel (label E+C-). Dans le domaine de la recherche, le Cerema contribue de façon importante à des programmes nationaux ou internationaux sur l’efficacité énergétique des bâtiments, neufs ou existants ainsi que sur les matériaux innovants à base de bio ressources.

Pour promouvoir des transports économes en énergie, le Cerema développe de multiples approches. Par exemple, Il est impliqué dans l’initiative MobiliseYourCity, qui accompagne les villes et régions en développement dans leur démarche de planification de la mobilité urbaine durable, spécifiquement au Maroc, en Tunisie, et en Amérique Latine.

En développant la modélisation des déplacements et des outils d’observation de la mobilité et de ses impacts (outil DEEM – Diagnostic Energie Emissions des mobilités) au bénéfice des autorités organisatrices de la mobilité, en assistant les maîtres d’ouvrage pour le développement des modes actifs (marche et vélo), en conduisant des travaux sur les nouveaux services à la mobilité (autopartage, covoiturage) et en promouvant les modes de transports vertueux, ce domaine apporte des contributions très concrètes pour réduire les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre et de polluants par les transports.

Sous l’angle des infrastructures, le logiciel TRACC (Techniques Routières Adaptées au Changement Climatique) permet aux maîtres d’ouvrages routiers de choisir les techniques les plus adaptées, au regard des émissions de GES.

Des spécificités pour favoriser le déploiement des énergies renouvelables et de récupération

Des spécificités pour favoriser le déploiement des énergies renouvelables et de récupération

Au-delà de la veille des différentes filières d’énergie renouvelable électrique et thermique et des missions de conseil et d’expertise auprès de la DGEC, des services déconcentrés de l’État et des collectivités, l’établissement accompagne les DREAL dans l’élaboration des Schémas Régionaux Biomasse et poursuit ses études d’identification des potentiels des territoires, éolien ou photovoltaïque, sur la base d’analyses multi-facteurs.

Fortement mobilisé pour les Énergies Marines Renouvelables qui sont une priorité nationale, le Cerema apporte son expertise en appui au développement des projets et exploite le Système d’Informations Géographiques « Énergie marine renouvelable ». Le Cerema poursuit également son investissement dans le domaine de la R&D appliquée en travaillant sur un démonstrateur portant sur les énergies marines et côtières (projet EMACOP), en développant des travaux sur le port neutre en énergie (projet interreg PECS).

La distribution de chaleur et de froid, la plupart du temps d’origine renouvelable, est un levier puissant pour l’efficacité énergétique. Le Cerema dispose de compétences structurées de longue date et conduit son action souvent en lien avec l’ADEME. Pour répondre aux enjeux de développement des réseaux de chaleur et de froid, l’engagement auprès du ministère et des collectivités s’amplifie, en intégrant les thématiques de la planification énergie-climat, de l’urbanisme, de l’aménagement et de la construction (http://reseaux-chaleur.cerema.fr/).