Contribuer aux innovations qui font la ville intelligente


Les villes, qui concentrent aujourd’hui 80 % de la population, 75 % de l’énergie finale consommée et les deux tiers des émissions des gaz à effet de serre, sont devenues les principaux lieux où se concentrent les enjeux du développement durable.

Devant s’inscrire dans une logique compatible avec le « Facteur 4 », c’est-à-dire la division par quatre les émissions de gaz à effet de serre d’ici 40 ans, il s’agit de repenser leur fonctionnement, depuis les centres jusqu’aux périphéries ou pôle secondaires, et dans des relations d'interaction et de solidarités avec les territoires ruraux, voire parfois dans une logique d'autonomie apparaît aujourd’hui comme indispensable. Cela nécessite notamment de renouveler l’approche des politiques urbaines, afin d’accélérer leur transition vers des modèles efficients et plus denses, plus respectueux de l’environnement et du bien-être des habitants.

Proposer des méthodes innovantes pour concevoir et penser la ville de demain relève çà la fois d’une pensée stratégique globale et intégrée, décloisonnant une logique en silos, et du développement d’innovations à la fois techniques et technologiques (en matière de construction, d’énergie, de transports, de gestion des eaux ou des déchets, de réseaux numériques, etc.) et ses aspects politiques et sociaux (en matières d’usages, de gouvernance, de modèles économiques, de nouvelles formes de participation des usagers...).

Ville de demain

Vers une logique de démonstrateurs

L’innovation et l’implantation de démonstrateurs dans les milieux urbains sont en effet au cœur d’un processus qui permettra de valider des pratiques et objets urbains nouveaux, soucieux du développement durable. Il s’agit d’avancer par itérations, en testant les innovations dans un milieu urbain réel, pour mesurer les retombées concrètes, pérenniser plus rapidement les modèles économiques, approcher les interactions avec les autres composantes du « système ville » dont les habitants ou usagers, et donc de valider en conditions réelles les innovations.

De nombreuses démarches, plans ou programmes ont vocation à favoriser aujourd’hui les innovations urbaines, au travers notamment d’API ou AAP :

  • le programme EcoCités avec le PIA « Ville de demain » ;
  • l’AAP Démonstrateurs industriels de la ville durable (DIVD) ;
  • les Pactes métropolitains d’innovation ;
  • etc.

Différents enjeux liés aux innovations urbaines

Les enjeux liés aux innovations urbaines sont nombres et portent à la fois sur :

  • les méthodologies ou gouvernance mises en place, qui imposent un bouleversement des pratiques actuelles des acteurs concernés, en matière de partenariats, d’organisation et de management internes,
  • l’implication des citoyens, de manière à mieux anticiper l’appropriation, l’acceptabilité et la désirabilité sociale des innovations,
  • les montages juridiques et financiers, qui impliquent souvent des compétences juridiques ou économiques nouvelles (pour les collectivités tout au moins),
  • les méthodes d’évaluation et la reproductibilité des innovations à d’autres échelles ou dans le contexte d’autres territoires...

 

La capitalisation des expériences des 31 ÉcoCités

Le Programme d’investissements d’avenir, piloté par le Commissariat général à l’investissement, consacre 668 millions d’euros à l’action « Ville de demain » gérée par la Caisse des dépôts, qui favorise l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, construire et gérer la ville dans le cadre de la démarche ÉcoCité. L’État accompagne ainsi, depuis 2010, des projets urbains intégrés, exemplaires en termes d’excellence environnementale et d’innovation, portés par des acteurs publics ou privés, dans des métropoles ou des grandes agglomérations. Après une première tranche (2010 à 2014) concernant 19 grandes villes françaises, avec la seconde tranche (2015 à 2020), dotée de 320 millions d’euros, ce sont désormais 31 territoires, dont 13 franciliens, qui sont intégrés à la démarche ÉcoCité et bénéficient à ce titre du soutien financier.

Le Cerema est aujourd’hui chargé par la Direction Générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) du ministère du Logement et de l’Habitat durable d’une mission de capitalisation et de valorisation des projets ÉcoCité des premières et seconde tranche de l’appel à projets Ville de demain des investissements d’avenir. A ce titre, il produit des Notes de capitalisations thématiques, des fiches de cas, des synthèses, ou encore des articles internet, et contribue à l’organisation de Rencontre nationales semestrielles.

Le Cerema intervient sur un certain nombre de projets démonstrateurs et contribue à l’apport de connaissance sur les innovations urbaines :