12 octobre 2018
Cyclistes et piétons
Terra
Le 6 novembre, le Cerema organise en partenariat avec la ville de Paris, une journée d’échanges nationale autour des carrefours à feux et des nouvelles pratiques en faveur d'une ville des mobilités actives. Au programme : états des connaissances, retours d’expériences et échanges avec la salle. Avec à la clé, la question de la pertinence de certains carrefours à feux et celle des adaptations souhaitables pour favoriser les modes actifs.

Le programme national "Une Voirie Pour Tous", piloté par le Cerema et regroupant de nombreux acteurs impliqués dans l’aménagement de la voirie et des espaces publics (État, collectivités, réseau de professionnels), organise le 6 novembre, en partenariat avec la Ville de Paris, une journée nationale sur la thématique des carrefours à feux et des mobilités actives.

 

Contenu de la journéE

Feux avec cedez-le-passage cycliste

Les carrefours sont des lieux de passages et de frottements entre tous les modes. Leur gestion peut être assurée à l'aide de feux tricolores. Le recours à ces dispositifs, perçus bien souvent comme des éléments de sécurité et de fluidité, n’est cependant pas toujours réellement justifié.

Des collectivités testent aujourd’hui leur suppression. Ces démarches s’inscrivent dans un souci de pacification de la circulation, de cohabitation de tous les modes où la courtoisie et la négociation entre usagers se substituent aux injonctions des feux.

 

Favoriser les mobilités actives, y compris aux carrefours à feux !

Les feux n’en demeurent pas moins utiles sur certains axes à trafic élevé.

S'ils peuvent pénaliser piétons et cyclistes dans leurs trajets en imposant des arrêts et des temps d’attente, ils sont à l’inverse souvent réclamés par les personnes âgées ou les personnes déficientes visuelles pour les aider dans leurs traversées.

  • Quelles mesures peuvent-être alors être mises en place pour fluidifier les déplacements à pied et à vélo, tout en les sécurisant et en répondant aux attentes des plus vulnérables ?
  • En présence de transports collectifs, comment peut-on concilier les besoins d'efficacité des modes actifs avec les enjeux de niveau de service des TC ?

Différentes présentations nous livreront un éclairage sur ces questions.

 

Moins de feux : plus de sécurité et de fluidité pour tous ?

Des feux, qui ont été utiles à une époque, peuvent avoir perdu leur pertinence du fait notamment de l'évolution des niveaux de trafic. Aussi des collectivités testent aujourd’hui leur dépose, parmi lesquelles  :

  • Bordeaux Métropole, avec comme objectif, celui de supprimer les feux dans 300 carrefours d’ici 2022,

  • Paris, qui expérimente actuellement l'extinction des feux dans un quartier pilote (quartier Pernety - 14 ème arrondissement) situé en zone 30,

  • La Métropole Rouen-Normandie, qui depuis 2014 a engagé une politique de dépose des feux, après analyse au cas par cas.

Des représentants de ces métropoles seront présents pour expliquer l'approche de leur collectivité et les bénéfices retirés des expérimentations qu'elles ont menées.

 

Vers une ville apaisée

Agir sur les feux n’est qu’une des composantes de l’adaptation de la cité aux mobilités actives, qu’il convient d’inscrire dans une politique globale d’apaisement de la circulation motorisée et d'intégration des mutations environnementales et sociétales en cours.

La journée s’achèvera en conséquence avec un point sur les politiques qui préparent la ville de demain, avec en matière de "Métropole apaisée", l'exemple de Grenoble.

  • Programme
  • INSCRIPTIONS CLOSES
    L’ensemble des places disponibles sont désormais réservées.
    Vous pouvez néanmoins vous inscrire sur liste d'attente.
    Dans ce cas, si des places se libèrent vous en serez informé.

POUR EN SAVOIR PLUS