5 août 2019
Mur de matériaux biosourcés
Adobestock
A l’occasion du Congrès International de la Construction Biosourcée, qui aura lieu du 25 au 27 septembre, plusieurs interventions du Cerema porteront sur les bétons biosourcés et la future réglementation environnementale du bâtiment RE2020.

logo de FibraOrganisé par la FIBRA International, un programme destiné à valoriser la construction biosourcée, ce congrès sera divisé en trois séquences :

  • Journée de présentation des travaux de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (ENTPE) et de ses partenaires dans le domaine des matériaux de construction biosourcées.
  • Journée éco-construction et matériaux biosourcés le 26 septembre, axée sur la prochaine réglementation environnementale et ses impacts sur le développement des matériaux biosourcés, ainsi que sur la place du végétal dans la construction en zone tropicale. Le Cerema sera présent sur ces deux thématiques.
  • Journée technique sur les bétons végétaux, le 27 septembre, un expert du Cerema présentera les impacts des transferts hygrothermiques au sein des constructions.

 

Ateliers sur les matériaux biosourcés le 26 septembre

Atelier 1 : Biosourcés dans la construction en zone tropicale 

Les zones tropicales, où la démographie est forte, seront celles qui connaîtront le plus de construction dans les années à venir. Les enjeux sont donc forts dans un contexte de raréfaction des ressources et de changement climatique, et l’utilisation de matériaux biosourcés adaptés à l’environnement local, avec le développement de filières locales, peut constituer une partie de la réponse.

Plantes de typha avec des palmiers en arrière plan
Typha -CC-BY-SA Bishnu Sarangi

En Afrique de l’Ouest, le Cerema est impliqué dans un projet destiné à valoriser dans la construction et en tant que combustible une ressource végétale locale, le typha. Le projet TyCCAO (Typha Combustible Construction Afrique de l’Ouest) est mené au Sénégal et en Mauritanie, il a été lancé à Dakar en septembre 2018 pour une durée de cinq ans.

Le projet vise à caractériser les propriétés de cette variété de roseau comme matériau de construction sous différentes formes et comme source d’énergie.

Dans ce projet, en collaboration avec des équipes africaines, le Cerema apporte son expertise sur les 3 volets :  

  • la caractérisation des matériaux sous forme de particules ou mis en œuvre ligaturés en nappe pour la constitution de panneaux rigides et de toiture de type chaume,
  • la conception d’un programme pour l’expérimentation en vraie grandeur pour diverses applications du typha en construction,
  • et enfin, sur l’élaboration d’une réglementation environnementale au Sénégal, pour le bâtiment.

 

Atelier 2 : La construction boiosourcée, réponse aux exigences de la réglementation environnementale ?

Le second atelier organisé le 26 septembre abordera le rôle essentiel des matériaux biosourcés dans l’adaptation au changement climatique, car ils ont un très faible impact carbone, stockent le carbone, et possèdent des propriétés isolantes (transferts hygrothermique et isolation thermique).

Durant cet atelier, Laurent Arnaud, spécialiste bâtiment au Cerema, apportera notamment des précisions sur les résultats de l’expérimentation E+ C- (énergie positive, bas carbone), ainsi que sur les futures exigences environnementales de la loi concernant les matériaux biosourcés.

 

journée technique sur les bétons végétaux le 27 septembre

Le 27 septembre sera consacré à) des échanges sur les connaissances en matière de bétons biosourcés. Les bétons végétaux constitués en associant des particules végétales et un liant tel que la chaux, le ciment ou encore la terre, présentent un potentiel des plus intéressants tant du point de vue environnemental par sa capacité à stocker sur de longues périodes le CO2 de la matière végétale que par ses caractéristiques physiques et ses propriétés (mécaniques, thermiques et hygrothermiques, acoustiques, …) bien adaptées aux besoins et au contexte.

Cependant, l’utilisation de ces bétons implique un changement des pratiques de construction de manière à prendre en compte les spécificités de ces matériaux. Un large panel de solutions d’utilisation des bétons végétaux sera présenté au cours de cette journée, à travers des présentations par des fabricants, sur les différents produits et les outils pour construire en béton végétal.

Des exposés sur les performances et les utilisations des bétons biosourcés porteront sur les spécificités physico-chimiques de ces matériaux, sur la conception des ouvrages et constructions neuves, la conception des ouvrages en rénovation, l’évaluation technique.

 

Transferts hygrothermiques des bétons biosourcés

Le Cerema interviendra sur les transferts hygrothermiques dans les constructions biosourcées.

Fortement poreuses, les particules végétales apportent aux bétons qu’elles composent une micro porosité qui explique à la fois une absorption acoustique, une forte capacité d’isolation thermique, et une régulation hydrique par échanges hygrothermiques.

La vapeur contenue dans l’air ambiant, suivant les conditions, interagit au sein du réseau poreux par condensation et vaporisation, stockant et libérant de l’énergie afin de corriger les variations de température. Une présentation de ces phénomènes permettra d’en appréhender l’importance et de montrer les travaux de modélisation qui sont menés actuellement.