ESPRIM : Perturbations et la Résilience des systèmes de Mobilité

Le projet de l’équipe ESPRIM est centré sur l’adaptation des comportements des acteurs de la mobilité confrontés aux transformations diverses de leur environnement. Les perturbations des systèmes de mobilité (voyageurs et marchandises) sont appréhendées comme des leviers potentiels pour augmenter les capacités individuelles ou collectives d’adaptation.

Sites : Lille, Nantes ; 17 agents impliqués dont 8 chercheurs permanents.

Enjeux de société

Les systèmes de mobilité des voyageurs et des marchandises connaissent en permanence des évolutions. Leurs trajectoires vers des formes durables à courts et longs termes, se situent désormais au cœur des politiques publiques en faveur de la transition écologique et énergétique. Or, l’adaptation des comportements des acteurs de la mobilité (individus, ménages, entreprises, territoires…) confrontés aux transformations de leur environnement dépend de multiples facteurs. Toute nouvelle infrastructure ou tout nouveau service ou moyen de transport sont en effet susceptibles d’être appropriés de manières diverses selon les types de territoires (urbains, péri-urbains ou ruraux), les groupes d’individus (jeunes, seniors, générations, classes sociales, personnes à mobilité réduite ou en situation précaire), ou encore selon les systèmes productifs considérés.

Face à ces enjeux, comprendre comment ces systèmes de mobilité réagissent à une perturbation souhaitée ou subie et connaître les déterminants de leur évolution revêt un intérêt tout particulier pour l’élaboration et l’évaluation des politiques publiques de mobilité. Par l'anticipation (avant), la gestion de crise (pendant), l'apprentissage (après) des situations perturbées, l'objectif est d'accompagner les politiques publiques à évoluer vers un nouvel état d'équilibre plus durable et plus résilient.

ESPRIM : Perturbations et la Résilience des systèmes de Mobilité

 

Problématique scientifique

Le projet ESPRIM s’intéresse spécifiquement, dans une approche relevant des sciences humaines et sociales, à la question de la plasticité des systèmes de mobilité soumis à une évolution de leur environnement notamment réglementaire, économique, sociétal, technologique ou à des aléas de diverses natures dont ceux issus du changement climatique. Il s’agira moins d’interroger leur fiabilité que de comprendre les processus d’adaptation à l’œuvre à courts, moyens et longs termes.

Les questions principales sur lesquelles s’appuient le projet de recherche sont les suivantes : Que nous apprennent les pratiques de mobilité déployées à l’occasion de ces perturbations sur leur résilience comprise comme un processus de passage d’un état d’équilibre à un autre ? En quoi peuvent-elles éclairer l’action publique dans l’accompagnement des évolutions des usages et pratiques de mobilité, de la gestion des événements et des réseaux ? Dans quelles conditions les perturbations peuvent apparaître comme des opportunités d’évolution durable des systèmes de mobilités ?

Construit sur le développement d’un corpus théorique et opérationnel, le projet se développe selon trois axes de recherches :

  • Un premier axe dédié à l’observation et l’analyse des changements de comportements de mobilité des personnes.
  • Un deuxième axe consacré à l’observation et l’analyse des systèmes de mobilité des marchandises en transition.
  • Un troisième axe traitant des politiques publiques et de l’accompagnement des transitions.
Résultats attendus
  • La création de nouvelles bases de données issues de données quantitatives permettant de mieux saisir les mobilités des voyageurs et des marchandises à différentes échelles spatiales. (axes 1 et 2)
  • L’apport de connaissances quant à la vulnérabilité de différentes populations au regard des perturbations de mobilité et quant aux différentes capacités d’adaptation aux transitions en cours. (axe 1)
  • L’apport de connaissances sur les acteurs de la « mobilité fret » (de l’international au local) qui relèvent en particulier des transports maritimes et des ports de commerce, des organisations logistiques des industries de production et de distribution, des circuits courts (alimentaires), et notamment la classification des éléments décisionnels qui président à ces organisations et leur résilience face aux transitions et aux perturbations externes. (axe 2)
  • Des outils d’aide à la décision qui peuvent participer de l’évolution des connaissances et potentiellement des comportements de mobilité. (axes 1, 2 et 3)
  • Construction d'une bibliothèque de retours d'expérience de reconstruction postcatastrophe en France et à l'international sur la résilience des réseaux suite à des catastrophes naturelles et analyse des échelles de gouvernance et d'organisation territoriales possibles. (axe 3)
Partenariat

Les compétences des membres d’ESPRIM sont déjà connues et reconnues auprès de partenaires scientifiques et des acteurs territoriaux, avec qui de nombreux partenariats de recherche ont déjà été construits.

  • Au sein du réseau scientifique et technique du ministère de l’Écologie et de la Transition Solidaire, avec des laboratoires de l’IFSTTAR : SPLOTT, LMA et DEST.
  • Le LAET (Lyon) ; le LVMT (Marne-La Vallée) ; IDEES au Havre, Environnement, ville, société ; AGIR de l’INRA de Toulouse ; l’UMR Clersé (Lille) ; les laboratoires TVES de Lille du Littoral Côte d’Opale; le laboratoire de Psychologie Sociale d’Aix-Marseille 1 ; le Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire (LPPL) ; le LP3C (Laboratoire de Psychologie, Cognition, Comportement et Communication), l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris, Université Paris Est, Université de Pau, l’Université du Littoral Côte d’Opale....

Certains membres de l’Équipe-Projet ont d’ores-et-déjà engagé des collaborations avec des partenaires de la recherche à l’étranger :

  • Avec l’École polytechnique de Lausanne : projet de direction et de rédaction d’un ouvrage collectif.
  • Avec l’Institüt für Landes (ILS) / Research Institute for Regional & Urban Development (Dortmund, Allemagne) : en vue d’éventuels accueils réciproques en tant que chercheurs en résidence.
  • Avec « Mobilyse your City » en Amérique Latine : programme coordonné par CODATU et cofinancé par l’Agence Française de Développement (AFD) et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).
  • Avec le LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research)

Divers partenariats sont régulièrement construits avec des acteurs de terrain :

  • Des collectivités locales : Métropole Européenne de Lille, Montpellier Méditerranée Métropole, Grenoble Alpes Métropole, Rennes Métropole, les villes d’Amiens, d’Arras, de Fontainebleau, la mairie de Paris, Régions Hauts-de-France, Normandie, Île-de-France, pour n’en citer que les principales.
  • Des établissements publics : VNF, ADEME, SNCF-Réseau, SNCF-Mobilité (voyageurs et logistics) ; les chambres d’agriculture,
  • Des entreprises privées : La Ruche-Qui-Dit-Oui.
Publications récentes

EYSSARTIER C., MEINERI S., GUEGUEN N. (2017), « Motorcyclists’ intention to exceed the speed limit on a 90km/h road: effect of the type of motorcycles ». Transportation Research part F: traffic psychology and behaviour. 45. 183-193. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1369847816306192

VAILLANT L., GONÇALVES A, RATON G., BLANQUART C. (2017), « Transport et logistique des circuits courts alimentaires de proximité : la diversité des trajectoires d'innovation », Innovations, Revue d’économie et de management de l'innovation 2017/3 n° 54. https://www.cairn.info/revue-innovations-2017-3-p-123.htm

DEBRIE J., LACOSTE R., MAGNAN M. (2017), « From national reforms to local compromises: The evolution of France’s model for port management, 2004-2014 », Transportation Business & Management, 22-2017, pp. 114-122. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2210539516300359

RICHER C., COME E., EL MAHRSI M-K, OUKHELLOU L. (2018) « La mobilité intermodale par les données billettiques. Analyses spatio-temporelles du réseau bus-métro de Rennes Métropole », Cybergeo : European journal of geography, https://journals.openedition.org/cybergeo/29132

DOUET M., (2018) « La circulation inverse des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE): entre consolidation et développement », Logistique et Management, vol 26, 3-14. https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/12507970.2017.1384702?journalCode=tlam20

GRIMAL R. (2017), « Modelling auto-mobility : combining cohort analysis with panel data econometrics », Asian Transport Studies, Vol 4, Issue 4 (2017), 741-763. https://www.jstage.jst.go.jp/article/eastsats/4/4/4_741/_pdf

Thèses en cours

Anas Dabaj, « Mieux Reconstruire en phase post-inondation : le cas des réseaux techniques du Grand Paris ».  2018-2021

Bréwenn Métayer, « Circuits courts alimentaires : vers des organisations logistiques plus durables ». Directeur de thèse : Corinne Blanquart (IFSTTAR), co-directeur : Ludovic Vaillant (Cerema), École Doctorale : Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne), soutenance prévue fin 2019. 

Nicolas Jouve « Hétérogénéité des modalités de gestion des aléas externes par les acteurs des chaînes logistiques ». Directeur de thèse : Corinne Blanquart (IFSTTAR), co-directeur : Ludovic Vaillant (Cerema), École Doctorale : Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne), soutenance prévue fin 2019.

Thèses soutenues

Marjorie Doudnikoff : « Réduire les émissions du transport maritime : les politiques publiques et leurs impacts sur les stratégies des compagnies maritimes de lignes régulières ». Directeur de thèse : Élisabeth Gouvernal (IFSTTAR), Co-directeur : Romuald Lacoste (Cerema), École Doctorale : Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne), Thèse soutenue en 2015. https://www.theses.fr/2015PESC1079

Responsable de l'équipe
Adjoint responsable
Membres de l'équipe
Géraldine Bodard
Technicienne
Sommaire
Formulaire de contact

ESPRIM : Perturbations et la Résilience des systèmes de Mobilité

Pour tout renseignement complémentaire sur cette équipe de recherche, merci de compléter le formulaire suivant. Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

* Champs obligatoires

Civilité