Haut de page

ACTUALITÉS
 

Contenu

Le Cerema contribue au projet européen SAFER LC : l’innovation pour sécuriser les passages à niveau

publié le 31 mai 2017

Alors que le 2 juin, ce sera la journée mondiale de la sécurité aux passages à niveau, focus sur la participation du Cerema au projet européen SAFER-LC. Le Cerema est l’un des 17 partenaires, issus de huit pays européens, impliqués dans le projet SAFER LC, destiné à développer un système de sécurité automatique pour les passages à niveau. Dans ce projet, le Cerema interviendra dans plusieurs volets du projet.

Une surveillance et une sécurité automatisée aux passages à niveau

Les outils développés (vidéo détection, télécommunications pour les échanges d’information autour du passage à niveau, outils automatiques de diagnostic et de maintenance d’infrastructure), grâce à ce projet européen Horizon 2020 piloté par l’International Union of Railways (UIC), permettront aux autorités de transport de définir des cohérences et des modes de gestion communs aux deux modes de transport, routier et ferroviaire.

Le système de sécurité développé via le projet SAFER LC poursuit plusieurs buts :

  • Augmenter la sécurité et réduire les risques sur et autour des passages à niveau : il s’agit de développer des outils qui permettront aux gestionnaires de la route et du rail de détecter au plus tôt les situations potentiellement dangereuses aux passages à niveau grâce à des méthodes pro-actives de détection et de communication entre l’infrastructure et les trois entités que sont les véhicules en approche, le train en approche et le gestionnaire d’infrastructure dans son centre de gestion.
  • En cas d’accident, traiter rapidement les situations pour permettre une reprise rapide du trafic et limiter ainsi les coûts d’exploitation ;
  • Favoriser une maintenance prédictive des infrastructures

Définir un système d’évaluation du risque

Pour parvenir à ces objectifs, le projet SAFER LC comporte différents volets :

1. Analyse des besoins des opérateurs, c’est-à-dire comprendre quelles sont les causes observées d’accidents, notamment celles qui sont liées aux comportements humains.

2. Analyse des correspondances entre un contexte accidentogène (comportements des usagers aux PN, usages particuliers des traversées) et les principaux facteurs d’accidents.

3. Définir des solutions technologiques de surveillance des passages à niveau afin d’accélérer la réactivité en cas de survenance d’accident, mais aussi afin de prévenir les accidents en détectant en temps réel et de manière automatique les situations potentiellement dangereuses. Une grande partie de l’intervention du Cerema se fera à cette étape du projet. Un des objectifs est de définir un système de vidéosurveillance intelligent, capable d’évaluer les risques et d’assurer une communication entre l’infrastructure et les véhicules en approche en leur fournissant une information dynamique sur l’état du passage à niveau : nominal, accident, obstacle, etc.

4. Enfin, des évaluations sur site d’expérimentation seront réalisées. Pour le Cerema, il s’agira d’exploiter la plateforme technologique de Rouen qui permet des essais en vraie grandeur, afin notamment d’optimiser la maintenance des voies de chemin de fer. Par ailleurs, Le Cerema testera probablement le système de surveillance en vraie grandeur sur le site d’essais d’Aix la Chapelle en Allemagne.

Des étapes ultérieures viseront à analyser le rapport coût-bénéfice du système, à exploiter les résultats du projet, puis à le mettre en œuvre. Le projet SAFER LC bénéficie d’une subvention de 5 millions d’euros, et durera jusqu’au 30 avril 2020.

 
 

Pied de page