Capteurs de pollution installés sur la toiture d'une école
Capteurs de pollution installés sur la toiture d'une école
Objet de l'opération

Le Cerema a évalué les transferts de polluants entre l’air exérieur et l’air intérieur afin d’étudier l’impact de la pollution liée au trafic routier sur la qualité de l’air intérieur pour deux écoles de la ville de Lille.

Les besoins du client

La Ville de Lille a lancé une action relative à l’amélioration de la qualité de l’air dans les écoles de la ville afin d’adapter au mieux les recommandations de bonnes pratiques pour améliorer la qualité de l’air dans les écoles de la ville de Lille.

Dans ce cadre, la ville de Lille souhaite avoir une meilleure connaissance de la part des polluants d’origine automobile et de leur évolution au cours de la journée. Elle souhaite alors différencier les sources de polluants de l’air intérieur dans les écoles à proximité immédiate de grands axes routiers et évaluer la part des polluants d’origine automobile.

La réponse du Cerema

Le Cerema a étudié le lien entre la qualité de l’air extérieur et celle de l’air intérieur pour deux écoles dont l’exposition aux polluants d’origine automobile est différente. Elles ont été retenues en fonction de leur exposition aux polluants d’origine automobile et de leurs caractéristiques spécifiques de leurs bâtiments (en terme d’enveloppe, de ventilation, de matériaux de construction et d’âge).

Après des recherches bibliographiques sur les modèles de calcul des taux de transfert des polluants, des campagnes de mesures en continu de NO2, Oȝ, poussières en suspension (PM2.5, PM10), CO2 à l’intérieur et à l’extérieur des écoles ont été réalisées en partenariat avec ATMO Nord-Pas-de-Calais ainsi que des mesures de perméabilité à l’air des salles de classes. Les résultats montrent que la pollution extérieure influence la pollution intérieure pour la majorité des polluants -NO2 notamment- sauf pour les PM2.5 influencées par les mouvements dans la classe (phases de recréation/déjeuner/activités) qui favorisent la resuspension des particules dans l’air.

Avec une connaissance plus approfondie de l’impact de la pollution automobile sur l’air des écoles situées à proximité de routes, la ville de Lille peut adapter des mesures de réduction de la pollution (via la ventilation, gestion des activités des élèves, produits ménagers,...).

Le client

Ville de Lille

Le calendrier
De 2014 à 2015. Poursuite détude envisagée
Partenaires

DREAL Nord-Pas de Calais (co-financeur) - DGPR (co-financeur), Atmo Nord-Pas-de Calais - APPA Nord-Pas de Calais

Pilote du projet

Cerema Nord-Picardie
Département Bâtiment Énergie Environnement

Scol’Air - Qualité de l’air dans les écoles à proximité des infrastructures routières

Pour tout renseignement complémentaire sur ce projet référent, merci de compléter le formulaire suivant. Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

* Champs obligatoires

Civilité

Vous avez une question sur notre activité Bien-être et réduction des nuisances ? N'hésitez pas à nous contacter.