14 mai 2024
Projet de requalification de la RN5 et des espaces publics associés aux Rousses (39) 2,5km long et 3 places publiques, 2014-2017.  Diagnostic et projet de trame verte et bleue et continuités écologiques Conception gestion alternative des eaux pluviales par écosystèmes fonctionnels Projet d’introduction d’écosystèmes en ville Ateliers de concertation en écologie urbaine.
Manuel Bouquet - TERRA
La conférence technique territoriale Bourgogne-France-Comté sur le thème de l’amélioration de la qualité de l’air : un enjeu pour la santé, le climat et les écosystèmes a rassemblé plus de quatre-vingt participants pour échanger sur la thématique de la qualité de l’air. Elle était co-organisée par le Cerema et la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) en Bourgogne Franche-Comté (BFC), Atmo Bourgogne Franche-Comté (BFC), l’ADEME, l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté (ARS BFC), et l’Université de Franche-Comté.

Cette demi-journée avait pour objectif d’aider les collectivités à identifier les opportunités dont elles disposent pour prendre en compte la qualité de l’air dans leurs politiques publiques et pour s’engager pour son amélioration tant en termes d’enjeux sanitaire, climatique et écosystémique.

Cette après-midi s’est découpée en 4 quatre parties :

  1. Qualité de l’Air : normes et état des lieux en Bourgogne Franche-Comté
  2. Impacts de l’Ozone sur le changement climatique et les territoires
  3. Stratégies, outils et réseaux disponibles pour agir
  4. One Health, un formidable coup de communication

Cette Conférence a été ouverte officiellement par Catherine HERVIEU (Présidente d’Atmo BFC) et Renaud DURAND (Directeur Adjoint de la DREAL BFC).

 

PARTIE N°1 : Qualité de l’Air : normes et état des lieux en Bourgogne Franche-Comté

Adrienna Hofmann (DREAL BFC) a présenté la réglementation "Qualité de l’Air" en insistant sur le référentiel réglementaire européen ainsi que sur le Code de l’Environnement. Son intervention a permis également de définir la pollution atmosphérique avec ses effets, de bien différencier les gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques avec leurs sources d’émissions et leur subtilité chimique.

Bruno Maestri (ARS BFC) a ensuite fait un focus sur l’impact des polluants atmosphériques sur la santé en rappelant quelques constats ainsi que les missions de l’ARS dans le domaine de la pollution de l’air.

Anaïs Detournay (Atmo BFC) a conclu cette partie en présentant les outils de surveillance et en dressant un état des lieux de la qualité de l’air en Bourgogne Franche-Comté.

 

PARTIE N°2 : Impacts de l’Ozone sur le changement climatique et les territoires

Anaïs Detournay (Atmo BFC) a ensuite repris la parole pour nous parler de la complexité de l’ozone en nous rappelant la définition et les enjeux de ce polluant, avec la notion du bon et mauvais ozone, de son mécanisme de formation ainsi que des actions possibles pour réduire les niveaux de concentrations.

Laurence Galsomiès (ADEME) a poursuivi en présentant les coûts économiques de l'impact de l’ozone sur les cultures agricoles. Son intervention s’est faite en 2 phases, premièrement avec une sensibilisation à cette notion de coût économique qui est à replacer dans un contexte précis et deuxièmement avec une illustration en présentant les résultats de l’étude ApollO (Analyse économique des impacts de la Pollution atmosphérique de l’Ozone sur la productivité agricole et sylvicole).

Enfin pour conclure cette deuxième partie sur l’ozone, deux interventions ont contribué pour l’une à présenter le paradoxe des espaces verts dans la pollution par l’ozone en milieu urbain et pour l’autre à présenter l’impact de l’ozone sur la santé.

Nadine Bernard et Honorine Gauthier-Manuel (Université de FC) ont introduit leur présentation avec des éléments de contexte pour ensuite nous parler de la distribution spatiale des concentrations d’ozone et des espaces verts pour terminer par la recherche d’actions. 

Lucie Anzivinno (Cerema) nous a parlé de l’ozone et de ses effets sur la santé avec une nécessité d’approfondir les connaissances spécifiques de ce polluant sur son territoire.

PARTIE N°3 : Stratégies, outils et réseaux disponibles pour agir

Ensuite, l’après-midi s’est poursuivie par trois présentations d’exemples inspirants, en lien avec les enjeux de la qualité de l’air à prendre en compte dans la planification, et l'aménagement du territoire.

Plateforme OPTEER

Aurore Brochard (Communauté de Communes Portes du Haut Doubs) a présenté OPTEER, une plateforme au service des collectivités. Après avoir décrit le contexte territorial, les objectifs de leur PCAET à l’horizon 2050 ainsi que les axes de leur plan d’actions 2023-2029, le témoignage de la CC des Portes du Haut-Doubs a permis de comprendre ce que peut apporter OPTEER dans une planification stratégique pour une approche systémique climat air énergie.

Lucie Anzivino (Cerema) est intervenue à nouveau pour nous parler de la prise en compte de la qualité de l'air dans les projets d'aménagement. La question qu’elle nous a posé est bien "Comment réduire l’exposition de la population en milieu urbain ?". Avant d’y répondre, elle nous a listé des leviers d’action possibles permettant des interventions sur la pollution de l’air avec des co-bénéfices sanitaires, ainsi que des guides et des outils disponibles. Elle est revenue ensuite sur l’historique de cette problématique, ainsi que sur les fondamentaux à maîtriser, pour répondre à cette problématique d’exposition en milieu urbain, à savoir les déterminants de la santé, les principaux enjeux d’urbanisme et de santé, l’urbanisme favorable à la santé ainsi que la pollution de l’air et la santé.

Jérôme Champres (Cerema) a présenté l’outil SESAME sur l'arbre urbain, un outil conçu par le Cerema dans le cadre d'un partenariat avec la ville et la métropole de Metz, qui permet de prendre en compte les enjeux de qualité de l'air en ville grâce aux services écosystémiques rendus par les arbres. Les effets positifs des arbres en matière de régulation de certains polluants sont avérés mais avec quelques réserves.

 

PARTIE N°4 : One Health, un formidable coup de communication

Frédéric Mauny (Université de Franche-Comté) a tout d’abord rappelé que nous étions dans un monde en mutation démographique qui anticipe l’effondrement de la biodiversité, la pollution chimique ainsi que le réchauffement climatique. Le réchauffement climatique est bien présent avec des vagues de chaleur de plus en plus importantes, un approvisionnement en eau douce précaire et des interactions importantes avec la pollution atmosphérique. 

Et après ? Il y a pour lui une réorganisation nécessaire du concept One Health à l’échelle nationale, à l’échelle d’un territoire avec une convergence entre stratégies de durabilité et promotion de la santé. Il termine sur un exemple d’une approche co-bénéfices avec la mobilité. 

 

La présentation :

 

Marc Meyer (Directeur Délégué du Cerema) a ensuite conclu cette après-midi par une synthèse des différentes interventions, qui ouvre le champ des possibles à l’organisation d’autres journées partenariales de ce type.

 

Le replay :