7 septembre 2020
macro-déchets dans rivière
Rodez-Agglomération
Le 5 mai 2020, le Cerema a été auditionné par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) concernant l’étude sur les rejets de macro-déchets par l’assainissement urbain.

Les systèmes d’assainissement des eaux usées et les réseaux de collecte des eaux pluviales constituent deux sources de pollution en macro-déchets pour les milieux aquatiques, et donc, in fine, pour le milieu marin.

C’est sur la base de ce constat que l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), organisme commun à l’Assemblée nationale et au Sénat, a invité le Cerema à présenter les résultats de ses travaux sur le sujet.

déchets plastiques dans la nature - Pixabay

L’objectif de l’étude menée par l’OPECST est de :

  • dresser un état des lieux des risques que fait peser cette pollution pour l’environnement et la santé humaine ;
  • identifier les choix scientifiques et technologiques envisageables pour éliminer et recycler les déchets plastiques.

Florian Rognard et Joël L’Her (Cerema) ont ainsi été auditionnés en mai 2020 par Philippe Bolo, député de la 7e circonscription de Maine-et-Loire, et Angèle Préville, sénatrice du Lot, concernant les travaux menés par le Cerema sur la problématique des rejets de macro-déchets au niveau de l’assainissement urbain.

Cette audition s’est déroulée en visioconférence et a été l’occasion de présenter et d’échanger sur les conclusions des travaux menés par Florian Rognard et Jean-Sébastien Finck, et notamment sur :

  • les résultats de l’estimation des flux de macro-déchets rejetés par les systèmes d’assainissement des eaux usées à l’échelle métropolitaine, pour laquelle il n’existe pas d’équivalent en France et l’international ;

  • les leviers d’action à l’échelle locale et nationale afin de réduire les quantités de macro-déchets rejetées dans les milieux aquatiques en particulier par le biais de l’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales. Le Cerema a exposé la stratégie d’action qu'il préconise, qui consiste à élaborer un plan d’action territorial contre les macro-déchets passant par la sensibilisation, l'interception des micro-déchets dans les eaux usées et pluviales, la gestion à la source des eaux pluviales, le stockage temporaire des surplus d'eau en temps de pluie.

Au niveau national, le Cerema a présenté plusieurs pistes d'action visant à améliorer les connaissances sur les flux d'eaux usées et pluviales et à les réduire.