2 avril 2020
chantier urbain
Giuseppe Russo
Le Cerema a accueilli l’édition 2020 des Journées Techniques Acoustique et Vibrations en Hauts-de-France, qui ont réuni tous les acteurs du Réseau Scientifique et Technique du ministère en charge de l'environnement, autour de la problématique des nuisances sonores et vibratoires. Elles s'adressaient également aux bureaux d'étude et aux services de collectivités concernés par cette problématique.

Les nuisances sonores sont aujourd’hui reconnues comme un enjeu de santé publique : l'ADEME et le Conseil National du Bruit ont chiffré en 2016 le coût social des pollutions sonores à 57 milliards d'euros annuels. L'Organisation Mondiale de la Santé a révisé en 2018 ses recommandations en matière d’exposition au bruit, soulignant de nouveaux liens entre l’exposition au bruit et la perte d'années de vie en bonne santé.

Le phénomène des vibrations constitue également une problématique récurrente relative à la gêne des populations riveraines d’infrastructures de transport, de sites industriels ou de chantiers. Cependant ce domaine reste très peu encadré par la réglementation.

 

Le bruit et les vibrations, des enjeux d'actualité

Le Cerema a accueilli, à Lille, l’édition 2020 des Journées Techniques Acoustique et Vibrations, qu’il a organisé comme chaque année avec l’appui de l’Université Gustave Eiffel (anciennement Ifsttar), et qui ont accueilli une soixantaine de participants de la France entière. Elles permettent de rassembler tous les acteurs nationaux du Réseau Scientifique et Technique du Ministère en charge de la Transition Écologique et Solidaire, ainsi que des bureaux d’études, des universitaires et des services de collectivités concernés par ces problématiques.

Ces journées ont permis d’aborder quelques sujets d’actualité à enjeu :

  • Le bruit des véhicules électriques

  • L’intelligence artificielle dans l’acoustique du bâtiment

  • La problématique des émergences dues à des joints de chaussées

  • Les bruits solidiens dans le bâtiment

  • Les effets de la végétalisation des parois en ville

  • Les propriétés acoustiques et thermiques de matériaux biosourcés

  • L’influence de la météorologie et de la métrologie sur la mesure acoustique

  • Le bruit et les vibrations dans les moteurs électriques

  • La modélisation du bruit éolien et son impact sur la santé

  • L’impact environnemental de petite éoliennes urbaines

  • La résorption des Points Noirs de Bruit du réseau routier national en Île-de-France

 

Retour sur quelques interventions

La modélisation du bruit éolien et son impact sur la santé : 

Schéma de la propagation du bruit des éoliennes
Schéma de la propagation du bruit des éoliennes - UMRAE

L’implantation d’éoliennes induit de nombreux questionnements de riverains concernant la nuisance bruit. Aujourd’hui, les travaux de modélisations du bruit éolien nécessitent d’être poursuivis pour améliorer les outils existants, utilisés dans les études d’impact.

La thèse de Bill Kayser de l’UMRAE [1], intitulée "Modélisation des incertitudes de la prévision du bruit dans l’environnement – application au bruit des éoliennes" qui se déroule actuellement vise à estimer la précision et la représentativité des modélisations numériques de bruit éolien avec pour objectif de les rendre toujours plus proches du réel.

Un gros travail a été réalisé sur la détermination des paramètres influents sur la propagation du son en milieu extérieur, à travers des travaux et mesures en laboratoire à partir de modèles, et sur site.

Présentation de sa thèse par Bill Kayser:

Effets de la végétalisation des parois en ville

Schéma de l'impact des murs végétalisés sur le bruit
Modélisation du bruit sur des parois nues et végétalisées

L’UMRAE a présenté les résultats des projets de recherche VegDUD sur les effets de la végétalisation de la ville sur l’environnement sonore. Le projet VegDUD (2010-2013) a permis de développer une  approche qui mêle les enjeux liés à la climatologie, l’hydrologie, la maîtrise de l’énergie et les ambiances.

Le projet H2020 Nature 4 Cities, dont le Cerema est l'un des 26 partenaires, a été présenté également : il porte sur le développement des solutions fondées sur la nature dans l'aménagement urbain, avec l'objectif de favoriser l'adaptation des villes au changement climatique.

De nombreuses modélisations numériques du bruit ont été effectuées sur un quartier de Nantes, en faisant varier les propriétés d’absorption des sols et des parois végétalisées.
Les résultats indiquent des gains de quelques dB(A) selon les gammes de fréquences et les configurations.

Impact environnemental de petite éoliennes urbaines

vue d'une éolienne urbaine fixée sur un toit
Eolienne urbaine

Le Cerema pilote le projet de recherche Carnot intitulé Urbeol (implantation en milieu URBain d’EOLiennes) qui vise à favoriser la diversification des ressources énergétiques des collectivités. Le projet, en lien avec la Communauté Urbaine d’Arras, la société Unéole, le CETIM et le laboratoire L2EP, a pour objectif d’analyser les performances environnementales et le rendement d’une éolienne urbaine en toiture de type VAWT (Vertical Axis Wind Turbine, variante Savonius).

Le projet étudie l'impact des ondes acoustiques, vibratoires et électromagnétiques d’une éolienne en toiture implantée en milieu urbain, sur les occupants du bâtiment support et les riverains. Il s’intéresse aussi à l’analyse du cycle de vie de l’éolienne ainsi qu’à son rendement électrique.

Résorption des Points Noirs de Bruit du réseau routier national en Île-de-France

Carte du bruit sur le réseau Dirif
Carte des points noirs du bruit sur le réseau de la Dirif.

La directive européenne 2002/49/CE impose aux gestionnaires d’infrastructures de réaliser des Cartes de Bruit Stratégiques de leurs grandes infrastructures puis d’établir un Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement afin de traiter les zones en situation de surexposition au bruit.

La DiRIF, gestionnaire des voiries nationales non concédées sur la région Île-de-France a fait appel au Cerema pour établir une méthodologie d’identification et de priorisation des Points Noirs de Bruit (PNB) sur son réseau routier.

L’ensemble du réseau DiRIF a été étudié. La priorisation des PNB a été réalisée à partir d’indicateurs acoustiques et sanitaires au moyen d’un outil cartographique.

Cet outil permet également d’estimer le coût d’une opération de résorption des PNB via des traitements de façades ou via la mise en place d’un écran anti-bruit quand cela est possible.

 

    Cet événement était précédé d’une journée nationale interne regroupant l’ensemble des experts, spécialistes, acteurs du Cerema prenant part aux thématiques de Qualité de l’Air, Bruit, Vibrations et Approches systémiques. Environ 60 personnes étaient ainsi présentes à Lille pour échanger sur leurs missions et sur la mise en place de l’organisation en réseau pour répondre aux demandes des territoires.

    L’édition 2021 des journées techniques acoustique et vibrations sera organisée par l’Université Gustave Eiffel à Lorient.


    [1] Unité Mixte de Recherche en Acoustique Environnementale (UMRAE), laboratoire de recherche commun entre l'Université Gustave Eiffel et le Cerema.