15 mars 2022
Infographie des modes de transports connectés
Lancement en France du plus grand projet européen de mobilité connectée et automatisée, pour exploiter le potentiel de la 5G à travers l'étude de cas d'usage. Le Cerema est partenaire du projet et apportera son expertise notamment en matière d'évaluation environnementale.

5G OPEN ROAD est l’un des plus grands programmes européens d’assistance à la conduite de véhicules automatisés connectés, sur route ouverte à la circulation. D’un montant de près de 90 millions d’euros, ce projet est cofinancé par les membres du consortium dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir et la BPI (Banque Publique d’Investissement). 

 

innover pour la mobilité et la sécurité routière grâce à la 5G

logo du projetLe projet 5G OPEN ROAD qui se déroulera jusqu'en septembre 2024 rassemble un écosystème de seize partenaires et sous-traitants privés, publics et académiques représentant une nouvelle chaîne de valeur. Les acteurs travailleront ensemble, en étroite collaboration avec les agglomérations sur les bénéfices de la 5G et les enjeux associés : soutenir l’innovation sur cette technologie d’avenir, accélérer le développement de technologies en France pour les filières du numérique, de l’automobile et de la mobilité connectée, créer des liens intersectoriels pour répondre aux besoins des territoires.

Véritable révolution à venir dans les services de la mobilité connectée et automatisée, la 5G permet de développer de nombreux services de mobilité en connectant les véhicules entre eux et aussi avec des infrastructures en bord de route, pour la sécurité et la fluidification du trafic en zone dense. Parmi les cas d’usage envisagés, le projet a identifié la sécurisation des piétons et autres vulnérables, la réduction de l’empreinte carbone de la mobilité, la logistique du dernier kilomètre, le transport à la demande via des navettes autonomes. 

Premier environnement de test physique de conduite autonome en Europe, 5G OPEN ROAD est déployé sur le plateau de Saclay et à Vélizy (Île de France) et s’appuie sur :

  • des réseaux de télécommunication 5G de Bouygues Telecom et Nokia,
  • une diversité de véhicules autonomes et connectés en 5G de Stellantis, Renault, Valeo, Milla group, Twinswhell,
  • des équipements de bord de route intelligents et connectés de Lacroix city
  • une plateforme de traitement de messages et de données, les algorithmes de décision et les applications fournissant les services de Capgemini, de Goggo Network, de Montimage et de Smile
  • des savoir-faire et des compétences d’instituts et centre d’essais : Cerema, UTAC, Systematic.
Schéma du cas d'étude de lieux accidentogènes en ville (bus qui percute un véhicule)
Cas d'étude du projet 5G Open Road

Pour tester ces différents cas d’usage, le projet disposera de véhicules grand public de niveau d’autonomie L2+[1] (Renault et Stellantis), de robots taxis niveau L4 [2]  (Valeo), de navettes autonomes électriques (MILLA), de droïdes de logistique autonome (Twinswheel, Valeo ou Milla) pour le dernier kilomètre et d’objets de micromobilité tous connectés en 5G.

Les enjeux porteront sur la sécurité des zones accidentogènes en ville (intersections intelligentes), la fluidification des zones de congestion, la logistique autonome du dernier kilomètre, les transports à la demande par navette autonome, le report modal et les services aux véhicules à travers un pôle multimodal adapté.

Pour mettre en œuvre ces services, le projet 5G OPENROAD se concentrera sur :

  • le déploiement des infrastructures réseau et des unités bord de route,
  • le développement de la plateforme de données et de services,
  • la validation de la sureté de fonctionnement du système C-V2X,
  • la garantie de la confiance et la sobriété numérique
  • le déploiement de services rentables et pérennes pour les acteurs économiques.

 

Evaluer l'acceptation du public et l'impact environnemental des expérimentations

Véhicules autonomes (navette et robot pour la livraison) testés dans 5G Open Road
Véhicules testés dans le cadre du projet - Twinswheel

Le projet 5G OPENROAD permettra aux entreprises partenaires de déployer des produits et de services en tenant compte des besoins client testés en conditions réelles, de la maturité réelle des technologies pour fournir des services fiables, des contraintes et priorités des agglomérations pour équiper les territoires, des bénéfices escomptés. 

A travers leur cofinancement, le Programme d’investissement d’avenir, la BPI et les seize signataires [3] de l’accord de consortium choisissent de soutenir l’innovation sur cette technologie d’avenir et accélérer le développement de technologies en France pour les filières du numérique, de l’automobile et de la mobilité connectée. Ils souhaitent également favoriser la création de chaines de valeur économique dans les territoires qui déploieront les services, à progresser sur la collaboration ouverte sur les données, la confiance numérique, la sobriété énergétique et la souveraineté des données associées à ces services, à créer des liens intersectoriels pour répondre aux besoins des territoires (Télécommunications, Numérique, Automobile, Equipements de la route, Services de mobilité).

Le projet devra répondre aux futurs standards de communication et réglementations de circulation en zone urbaine. Enfin, il doit permettre à l’industrie de l’automobile française d’être à la pointe en matière de conduite automatisée et d’infrastructures bord de route pour la mobilité. Les enjeux d'acceptabilité, de sobriété énergétique et numérique, et de gestion des données feront l'objet d'une attention particulière, et le Cerema sera plus particulièrement impliqué dans l'évaluation du projet après la réalisation des essais, au regard des enjeux de transition énergétique, et l'acceptation des différents cas d'usage par les citoyens. 

Il est aussi présent dans les réflexions sur la gouvernance entre les acteurs publics et privés de la mobilité connectée et anime le comité scientifique et technique qui détermine la feuille de route stratégique du projet et s'assure de la compatibilité des expérimentations avec les standards actuels et futurs.

La coordination du projet est assurée par la PFA (plateforme automobile), Nokia et Ecosys Group.
 


[1] Niveaux d’autonomie des véhicules allant de L0 à L5. L2+ définissant une autonomie partielle avancée.

[2] Niveau d’autonomie élevée : A partir de ce niveau, aucune assistance de la part du « conducteur » n’est requise.

[3] Bouygues Telecom, Capgemini, Cerema, Goggo Network, Lacroix city, Milla group, Montimage, Nokia, Renault, Smile, Stellantis, Systematic, Twinswhell, UTAC, Valeo.