17 mai 2019
quartier végétalisé
Cerema Sud-Ouest / DAIT
Le Cerema a organisé un atelier à Bordeaux le 9 avril 2019 pour sensibiliser et informer sur le thème : "Le climat : la nature source de solutions". Cette journée a réuni 61 participants (agents des collectivités territoriales, élus, agents de l’État, association, établissements publics).

Le Concours « Capitale Française de la Biodiversité » valorise depuis 2010 les actions des collectivités en faveur de la biodiversité et désigne chaque année la Capitale Française de la Biodiversité. Elle vise également à sensibiliser et informer sur les enjeux liés à la biodiversité en organisant des ateliers régionaux à travers toute la France.

Cette opération est co-organisée par l’Agence française pour la Biodiversité (AFB), l’association nationale Plante & Cités, le centre d’ingénierie sur la nature en ville, l’Agence régionale pour la Biodiversité en Île-de-France (ARB îdF) et le Cerema.
En 2019, la neuvième édition du concours se consacre aux actions de communes et d'intercommunalités françaises de toutes tailles en matière d’action conjointe sur l’atténuation et l’adaptation au changement climatique et de lutte contre l’érosion de la biodiversité.

conférence

 

Des actions "nature" pour préserver la biodiversité

Le changement climatique et l’érosion de la biodiversité sont étroitement liés et s’influencent réciproquement. Mais la nature est aussi un réservoir de solutions. Les écosystèmes en bon état de fonctionnement atténuent le réchauffement climatique, en captant et stockant du CO2 atmosphérique, et peuvent s’adapter à ses effets délétères comme les tempêtes, les inondations, les glissements de terrain ou l’érosion des sols.

Messieurs Touzeau, maire de Lormont et Gandon, directeur adjoint du Cerema Sud-Ouest ont ouvert cette nouvelle journée "Capitale de la biodiversité".

En matinée, l’atelier a été consacré à une présentation d’actions et d’expérimentations mises en œuvre par les collectivités et leurs partenaires et à l’actualité régionale. L’après-midi a été dédiée à la visite du parc des Sècheries à Bègles.

Benoit Gandon et Jean Touzeau
Benoit Gandon, directeur adjoint Cerema Sud-Ouest et Jean Touzeau, Maire de Lormont

 

La nature, source de solutions

Des solutions possibles basées sur la nature, pas forcement plus coûteuses, pas forcement plus complexes existent mais l’initiative de les mettre en œuvre nécessite un fort portage politique.
Benoît Gandon, Directeur adjoint Cerema Sud-Ouest

La nature, impactée par le changement climatique, évolue et peut même amplifier le phénomène. Pourtant, elle recèle un réservoir de solutions.

Marc Barra, chargé d’études de l’Agence régionale pour la biodiversité d’Île-de-France a présenté les enjeux des solutions « nature » et des exemples d’actions menées par différentes collectivités.

Ces solutions fondées sur la nature peuvent répondre à l’enjeu climatique. Elles portent sur la préservation de l’existant, l’amélioration de la gestion des espaces et la restauration des écosystèmes.

schéma des solutions

 

Le cout de ces solutions est faible d'un point de vue socioéconomiques du fait des avantages en termes d'aménité et bien être qu'elles procurent.

 

SH2MA DES SOURCES

    Restaurer et gérer les milieux naturels pour limiter les risques

    La gestion durable multifonctionnelle au Porge

    Préserver et valoriser les espaces naturels littoraux constitue une solution efficace et peu coûteuse pour atténuer les effets du changement climatique et s’y adapter.

    plage et forêt dunaire

    Valentin Désiré, responsable Pôle Technique et Environnement de la Mairie du Porge a exposé les atouts d’une gestion durable, multifonctionnelle, intégrée et innovante de la plage et de la forêt dunaire au Porge. Cette gestion est accompagnée d’une volonté d’ouvrir les différents sites plutôt que de les sanctuariser.

    Plusieurs actions favorables au maintien d’un capital biodiversité ont été mises en œuvre sur le territoire : le zéro phyto, la régénération naturelle, la préservation des pins morts et des chênes, la remise en eau de l’étang de Langouarde, la gestion d’un site sensible par écopastoralisme, la réhabilitation des écluses.

    La valorisation des espaces naturels sensibles de Villenave d’Ornon

    Villenave d’Ornon a développé une politique territoriale globale environnementale et agricole en s'appuyant sur ses espaces naturels sensibles.

    D’une superficie d’environ 81 hectares, les Espaces Naturels Sensibles de la vallée de l’Eau Blanche sont situés au sud-est de la commune de Villenave d’Ornon. Le site présente un intérêt écologique et fonctionnel fort, il est classé en zone Natura 2000. 234 espèces végétales et 347 espèces faunistiques ont été recensées, dont des espèces remarquables et/ou protégées par les directives européennes, comme la Fritillaire pintade, l’Orchis à fleur lâche ou le Cuivré des marais.

    Cet espace, zone d’expansion de crue, joue un rôle majeur en cas d’inondations. L’entretient des berges permet de prévenir certains risques en cas de crues.

    Mathias Morel de la mairie de Villenave d’Ornon a expliqué comment la commune avait fait le choix de mettre en place des mesures de gestion spécifiques sur ces espaces naturels sensibles favorables à la préservation des milieux humides et à la restauration de leur biodiversité. Ce site est devenu un outil de sensibilisation de la population à la préservation de la biodiversité. Des cheminements doux vont être créés.

     

    ARTICLE
    Espace naturel sensible
    Ce projet valorise l’histoire agricole de la ville.

     

    L’aménagement des îlots de chaleur urbains de Bordeaux Métropole

    Les îlots de chaleur urbains (ICU) sont des élévations localisées des températures diurnes et nocturnes, enregistrées en milieu urbain en comparaison aux zones rurales ou forestières voisines, ou par rapport aux températures moyennes régionales. Les ICU ont des impacts négatifs sur l’environnement et sur la santé humaine.

    En 2014-2015, Bordeaux Métropole a réalisé une première caractérisation des îlots de chaleur et de fraîcheur (IFU) urbains à partir de données cartographiques et d'une campagne estivale de mesures de températures sur le terrain. Cette analyse a conduit à la formulation de préconisations en termes d’aménagements curatifs et préventifs.

    Karine Seigneur, de Bordeaux Métropole, a présenté les fiches d’actions et l'outil « Score ICU » proposés aux aménageurs pour aider à la prise en compte de ces phénomènes urbains.

    carte des îlots

    page accueil

    Les fiches proposent une stratégie d’actions :

    • renforcer la présence des arbres, de la végétation et de l’eau en ville,
    • créer des zones ombragées, utiliser des matériaux de teinte claire pour les aménagements d’espaces publics,
    • réaliser des formes urbaines qui favorisent la circulation de l’air
    • et limiter l’installation des climatiseurs.

     

     

     

    l'outil sore ICU

    L'outil, Sore ICU

    Simple et rapide d’utilisation, « Score ICU » est un outil pour les aménageurs pour prendre en compte les ICU et IFU.

    Il permet de localiser les ICU afin de les réduire, les évalue entre 0 et 1, facilite le dialogue avec les aménageurs, compare différents projets avec l’existant pour orienter les choix d’aménagement.

    La démarche ÉcoQuartier en Nouvelle-Aquitaine

    La démarche ÉcoQuartier ambitionne de favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, construire et gérer la ville. Elle recouvre tous les aspects de l’aménagement durable dont la prise en compte des enjeux environnementaux et climatiques (eau, biodiversité, énergie, déchets et adaptation aux changements climatiques).

    Les ÉcoQuartiers proposent une qualité de vie optimale et résilient au changement climatique avec quatre grands objectifs : protéger les habitants face aux événements extrêmes, anticiper la raréfaction des ressources, aménager la ville plus durablement et accompagner les nouveaux modes de vie et la solidarité.

    Patrice Delbancut de la DREAL Nouvelle-Aquitaine a présenté l’opération « Label ÉcoQuartiers » au travers d'actions réalisées en France et en région.

    • Adaptation au changement climatique : éviter la surchauffe urbaine à Lons-La Verderie (64) :

    Lons la Verderie (64)
    Lons la Verderie (64)
    • Importance du choix des végétaux à l’ÉcoQuartier Bellevue de Saint-Clar (82) et aux Portes du Pyla de La Teste de Buch (33) : plantations d’espèces locales, robustes, peu gourmandes en d’eau, et diversité des espèces plantées.

    ecoquartiers

     

    Des dispositifs d’appui aux acteurs en région

    L’appui de la Région Nouvelle-Aquitaine

    Guillemette Husson et Christelle Brochard, de la région Nouvelle-Aquitaine ont exposé les dispositifs régionaux en faveur de la Trame Verte et Bleue et des Pollinisateurs.

    • Appel à manifestation d’intérêt Territoires verts et bleus 2019

    La Région Nouvelle-Aquitaine lance un «Appel à manifestation Territoire vert et bleu 2019» pour soutenir des actions en faveur de la biodiversité.

    Les objectifs de ce projet sont :

    • d’instaurer des dynamiques collectives de projets de territoires ;
    • d’inciter à la construction et à l’animation d’un plan d’actions, concentré et porté, par une collectivité locale ;
    • de mobiliser les acteurs et usagers autour des questions d’aménagements du territoire et de biodiversité ;
    • de reconnaître l’engagement Territoire Vert et Bleu ;
    • de valoriser l’exemplarité des démarches territoriales entreprises.

    Les territoires candidats doivent déposer un dossier de candidature avant le 30 juin 2019. La sélection des projets se déroulera en juillet  pour une attribution des aides à l’automne 2019.

    • Plan régional Pollinisateurs

    La contribution écologique et économique apportée par les pollinisateurs est indispensable à la nature et à l’homme.

    La Région a adopté un plan régional en faveur des pollinisateurs pour répondre aux grands enjeux qui pèsent sur leur protection. Ce plan s’articule autour des quatre grandes orientations suivantes :

    • améliorer la connaissance pour mieux préserver les pollinisateurs ;

    • maintenir le service pollinisateur en préservant et en restaurant les habitats et les ressources ;

    • transférer les connaissances : informer, sensibiliser et former les citoyens ;

    • construire l’exemplarité régionale.

    Les axes du plan

     

     L’appui de l'agence française pour la biodiversité (AFB)

    Joana Garat, de la délégation régionale de l’AFB a présenté l’ensemble des dispositifs d’appui aux acteurs en région Nouvelle-Aquitaine.

     

    • Atlas de la biodiversité communale

    L'Agence française pour la biodiversité soutient toute commune, intercommunalité ou Parc naturel régional intéressé par la démarche "Atlas de Biodiversité Communale" (ABC). Réaliser un ABC permet à une commune de connaître, de préserver et de valoriser son patrimoine naturel grâce à des inventaires naturistes, à la sensibilisation, à la définition de recommandations de gestion ou de valorisation de la biodiversité.

    L’objectif est d’identifier les enjeux de biodiversité du territoire et d’aider la collectivité à agir en les intégrant dans ses actions et stratégies d'aménagement.

     

    • Projet Life ARTISAN

    L’Agence française coordonne le projet « Accroître la Résilience des Territoires par l’Incitation aux Solutions Fondées sur la Nature » (Life ARTISAN).

    L’objectif est de susciter et de multiplier des solutions fondées sur la nature pour favoriser l’adaptation au changement climatique. L’ambition globale consiste à identifier et lever les freins qui entravent aujourd’hui la mise en œuvre de ces actions dans les territoires. 

    Les résultats attendus sont :

    illustration9

     

    Visite du parc des Sécheries à Bègles

    Une visite du parc habité des Sécheries à Bègles clôturait cette journée. Cette visite était préparée par messieurs Surlève-Bazeille et Trouillot.

    Plus d'information sur le site internet de la ville de Bègles : https://www.mairie-begles.fr/