30 mars 2017
Gaëlle Guyot - présentation de sa thèse en vidéo
Gaëlle Guyot, doctorante au Cerema Centre-Est et Chef de projet Maîtrise de l’Énergie et des Transferts Aérauliques dans le Bâtiment, présente sa thèse dans une courte vidéo pédagogique.
Cette thèse est intitulée "Vers une meilleure prise en compte de la qualité de l’air intérieur et de la santé dans les logements individuels basse consommation : Développement d’une approche performantielle de la ventilation".

Présentation de Gaëlle Guyot

Gaëlle Guyot est cheffe de projet au sein du département Construction Aménagement Projets du Cerema Centre-Est, où elle exerce depuis 10 ans des missions diverses liées à la modélisation des transferts aérauliques dans le bâtiment.

Elle consacre la moitié de son temps à sa thèse au sein de l’Université Savoie-Mont-Blanc, sous la direction de Pr. Woloszyn et Pr. Gonze, où elle est inscrite en 4è année. Pour l’autre moitié, elle est investie dans des actions de recherche et innovation, comme le pilotage du projet multi-partenarial VIA Qualité primé récemment en interne. La soutenance est prévue pour 2018.

 

Résumé de la thèse

Au niveau national, le secteur du bâtiment est à la fois un secteur crucial pour l’application de la loi pour la transition énergétique et la croissance verte (TEPCV, 2015), et un secteur confronté à des enjeux sanitaires forts. En effet, nous passons en Europe entre 60 et 90% de notre temps dans des environnements intérieurs plus pollués qu’à l’extérieur, si bien que selon l’organisation mondiale pour la santé, 99 000 morts y ont été attribuées à la pollution de l’air intérieur en 2012.

La ventilation des bâtiments se retrouve au croisement de ces deux enjeux : elle doit être suffisante pour assurer un air intérieur sain et confortable mais maîtrisée pour ne pas conduire à des consommations d’énergie excessives.

Ces travaux de thèse visent à proposer une approche performantielle pour la ventilation au stade de la conception des bâtiments, comme cela est fait aujourd’hui systématiquement avec un calcul de performance énergétique.

Les verrous scientifiques à lever concernent :

  • la définition et la modélisation des paramètres d’entrées du modèle : les scénarios d’occupation, d’émissions des polluants (dues aux occupants eux-mêmes, à leurs activités, au bâtiment, ses matériaux, équipements et meubles), les conditions extérieures (pollution, météo), les technologies de ventilation disponibles ;
  • les sorties du modèle devront permettre d’évaluer la performance globale de la ventilation d’un point de vue de la santé et de la qualité de l’air intérieur, et d’un point de vue énergétique (a minima les déperditions liées au renouvellement d’air) ;
  • le niveau de détail du modèle de bâtiment, et notamment la prise en compte d’un niveau de modélisation multizone avec modélisation fine de la perméabilité à l’air.

Les attentes sur ce type d’approche sont de plus en plus nombreuses et ces travaux pourront servir à la définition des futures réglementations sur la performance globale des bâtiments en Europe.

 

Découvrez la thèse de Gaëlle Guyot dans une vidéo de 3 mn :

Présentation de sa thèse sur la qualité sanitaire des bâtiments par Gaëlle Guyot du Cerema Centre-Est.

Dans le dossier Ma thèse au Cerema