13 octobre 2020
Vue de la place de Francfort à Lyon
CR - Cerema
Le Cerema lance une nouvelle série de fiches basées sur des retours d'expériences menées par des collectivités en matière d'adaptation de l'espace urbain au changement climatique. La première fiche présente l'aménagement de la place de la gare Part-Dieu à Lyon, du côté de la gare routière et de certains arrêts de tram, avec l'objectif d'atténuer l'effet d'îlot de chaleur.

première page de la ficheCette nouvelle série de fiches a pour objectif de présenter à la fois les éléments techniques et les aspects concernant les coûts d'aménagements intégrant les enjeux d'adaptation au changement climatique.

La première fiche présente l'aménagement de la place de Francfort à Lyon, qui se trouve derrière la gare Part-Dieu dans un quartier d'affaires et constitue un pôle d'échanges.

 

Présentation de l'aménagement 

Avant son aménagement, la place était considérée comme un important îlot de chaleur urbain. Plusieurs solutions innovantes ont été mises en oeuvre lors du réaménagement, afin d'améliorer le confort thermique et la qualité d'usage.

La fiche présente le contexte dans lequel a émergé le projet de réaménagement, qui s'est achevé fin 2018 après 14 mois de travaux. Plusieurs objectifs ont été définis pour cet aménagement:

  • Favoriser les connexions entre les différents modes de transport,
  • Faciliter l'orientation des voyageurs,
  • Améliorer le confort général,
  • Réduire l'effet îlot de chaleur.

La fiche présente ensuite la phase d'expérimentation au cours de laquelle différents dispositifs ont été testés in situ. Au total douze matériaux de sol, dont six innovants, ont été évalués. 

Les solutions retenues sont explicitées, afin de montrer comment l'effet d'îlot de chaleur a été atténué : pose d'un dallage gris clair, système d'infiltration des eaux pluviales, plantation de 93 arbres.

 

ÉVALUATION  coût - bénéfice

L'évaluation des coûts au regard des bénéfices apportés par l'aménagement est présentée. Cette évaluation de l’aménagement repose sur une analyse des coûts et des bénéfices par rapport aux objectifs de lutte contre l’effet d’îlot de chaleur urbain et de valorisation des eaux de pluie. Cette estimation a été réalisée en comparant les coûts de cet aménagement avec celui d'un aménagement classique sans action sur l'îlot de chaleur urbain (revêtement en béton, pas d'arbres, réseau séparatif d'eaux pluviales).

Elle montre que les coûts de l’aménagement sont supérieurs d’à peine 10% à une opération classique. Les surcoûts liés à l’adaptation au changement climatique sont plus que compensés par le confort thermique et les bénéfices environnementaux générés par l’aménagement.

 

Pour accéder à la première fiche :