13 avril 2021
Photo travaux extérieurs Tramayes
Tramayes.com
Le Cerema accompagne la commune de Tramayes en Saône-et-Loire sur la prise en compte du risque radon dans un projet de rénovation exemplaire sur le plan environnemental et thermique d’une ancienne gendarmerie.
L’objectif, défini avec la DREAL Bourgogne-Franche-Comté et la commune, est non seulement de maîtriser le risque radon pour les futurs occupants, mais aussi de favoriser l'acculturation des acteurs du territoire à la thématique, et de participer à la montée en compétences de personnes ressources.

Origine de la démarche

schéma de circulation du radon
Schéma de circulation du radon

La commune de Tramayes, précurseur des Territoires à énergie positive (TEPOS) est particulièrement motrice sur les sujets de transition écologique. Tramayes appartient à la communauté de communes Saint Cyr Mère Boitier (CCCSMB) portant une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) – plan reposant sur une convention entre la collectivité, l’État et l’ANAH en vue de réhabiliter un quartier bâti (incitation financière à réaliser certains types de travaux). Le volet "rénovation énergétique" tient une place toute particulière au cœur de ces dispositifs, or de tels travaux représentent une étape sensible pour la qualité de l’air intérieur, et notamment pour le risque radon, d’autant plus lorsque le territoire est en zone à fort potentiel radon.

Le Plan Régional Santé Environnement 3 s’est donc doté, en Bourgogne-Franche-Comté, d’une fiche-action, visant à prendre en compte le risque radon au moment des travaux de rénovation énergétique, dans le cadre d’une OPAH ou d’un Programme d'intérêt général (PIG).

Cela s’est traduit par une intervention pilotée par la DREAL en 2018, accompagnée parle Cerema et le Centre d’études sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire (CEPN) auprès des élus de la communauté de communes. La commune de Tramayes, fortement engagée dans une démarche d’exemplarité de l’action publique, a souhaité aller plus loin dans la prise en compte de ce risque en l’intégrant dans un projet de rénovation global déjà particulièrement vertueux sur le plan environnemental et thermique.

C’est ainsi qu’un partenariat s’est monté entre la commune et le Cerema, avec le soutien de la DREAL, afin d’accompagner la rénovation d’une ancienne gendarmerie en bâtiment d’habitations collectives tout en prenant en compte, à chaque étape du projet, le risque radon.

 

Une démarche innovante à plusieurs titres

Sur le plan technique, l’intégration de la thématique radon, très en amont du projet, et le travail de métrologie menés sur chantier ont permis d’orienter les maîtres d'ouvrages et les maîtres d'oeuvre vers des solutions techniques proportionnées au risque, tout en limitant le surcoût et en favorisant un équilibre avec les autres enjeux/contraintes.

Par la suite, un suivi régulier des travaux couplé à des mesures dynamiques en flux de radon permet de valider la mise en œuvre des dispositifs retenus, et de remédier au plus vite aux éventuels dysfonctionnements identifiés. Le radon étant un gaz imperceptible par l’être humain, le fait d’objectiver sa présence par des mesures, voire de qualifier l’importance des flux transitant suite aux différentes interventions sur chantier, permet aux professionnels du bâtiment d’appréhender concrètement ce risque, qui leur est aujourd’hui généralement peu familier.

Par ailleurs, une présentation des enjeux liés au radon et à son interaction avec les bâtiments a été organisée lors d’une réunion de chantier, afin de présenter aux différents corps professionnels concernés (MOE, artisans, etc), les tenants et aboutissants de leurs pratiques sur un sol à fort potentiel radon.

Ce projet a notamment été valorisé par l’obtention fin 2020 du prix « Ma ville, mon artisan » dans la catégorie « développement durable », concours délivré par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat au sein duquel le maire a valorisé le travail de sensibilisation et de prévention mené sur le risque radon à l’intérieur des bâtiments, risque sanitaire qui résonne tout particulièrement suite aux différents confinements subis en 2020.

La montée en compétence du territoire et des acteurs locaux sera complétée, à réception, par une sensibilisation des occupants-locataires axée sur leur rôle vis-à-vis du radon, afin d’accompagner toute la chaîne d’acteurs dans son appréhension du risque et les bonnes pratiques associées. En effet, des dernières sont déterminantes pour les résultats de mesure finaux et l’effectivité des actions prescrites. On peut noter que cette démarche est reconduite par la CCSCMB sur un projet similaire de rénovation d’un bâtiment situé à Tramayes.