18 juin 2019
 Chantier d'aménagement d'un giratoire à Neufchâtel-en-Bray avec prise de mesures acoustiques
Dans le cadre d’une convention de recherche & développement, le département de la Seine-Maritime a souhaité que le Cerema l’appui dans la définition d’une méthodologie de mesure du bruit de chantier, en s’appuyant sur deux chantiers programmés sur la période 2017- 2019.

Les chantiers d’infrastructures de transports terrestres sont sources de multiples nuisances (poussières, vibrations, odeurs, flux de camions,...) et la plus souvent citée par les riverains concerne le bruit. L’intégration de cette dimension environnementale au plus tôt et tout au long de la vie d’un projet doit permettre d’améliorer la situation.

Une méthode de prédiction des niveaux de bruit émis par un chantier a été développé par le Cerema (ex Sétra) mais ne présente pas de solution pour évaluer le bruit de chantier in-situ. La particularité de cette étude réside dans son caractère innovant qui nécessite de sortir des sentiers battus, c’est-à-dire de la réglementation, des normes et des pratiques classiques en ce qui concerne les mesures de bruit. La finalité est de permettre d'améliorer la qualité environnementale des chantiers en limitant la gêne occasionnée pour les riverains et les usagers dès les phases de chantier.

L’objectif de cette étude est donc de proposer une méthodologie de mesure des bruits de chantier qui puisse être reproduite sur différentes typologies de chantiers d’infrastructures de transports terrestres du département présentant un enjeu lié au bruit, et plus largement à plusieurs collectivités au niveau national.

Ainsi, le Cerema a établit un protocole de mesures, de traitement et d’analyse des résultats pour caractériser de manière pertinente les émissions de bruit de chantier et la gêne sonore ressentie par les riverains.