13 mars 2020
Scarlett Gendry
Scarlett Gendry, doctorante au Cerema Méditerranée, présente dans une vidéo de 3 minutes ses travaux de thèse. Celle-ci est intitulée "Combinaison de méthodes géophysiques par fusion de données pour améliorer le diagnostic des ouvrages hydrauliques en terre".

  

Présentation de Scarlett GendryScarlett Gendry

Scarlett est une photographe amateur, passionnée par les romans à suspense. Elle a obtenu sa licence en Physique à l’université des Antilles et après avoir mené un stage sur l’atténuation des ondes sismiques dans les roches du volcan de la Soufrière, qui l’introduit à la géophysique. Elle intègre l’École et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg.

Elle réalise depuis 2017 sa thèse au Cerema, dans le cadre du projet Digue2020, un projet CPER FEDER (1). Elle est basée au laboratoire d’Aix-en-Provence du Cerema dans le service Géologie et Risques Naturels et est aussi intégrée au Laboratoire de Mécanique et d’Acoustiques de l’Université d’Aix-Marseille.

 

Présentation de ses travaux de thèse :logo Ma thèse au cerema

La connaissance des propriétés d’un sol, en particulier, la teneur en eau et la densité, constitue un enjeu important à toutes les phases de la réalisation d’un ouvrage hydraulique en terre (OHT). Les OHT tels que les digues, maritimes ou fluviales, sont des infrastructures essentielles à l’économie d’un pays et à la protection des populations. Les méthodes géophysiques sont couramment employées pour l’auscultation de ces structures, d’autant qu’elles sont non intrusives et à grand rendement. Cependant les données issues de ces méthodes s’expriment avec des imprécisions et des incertitudes différentes, qui rendent leur interprétation délicate.

Dans ce travail de thèse, il s’agit de s’appuyer sur une approche de fusion d’informations qui repose sur la théorie des possibilités et la logique floue, capables de tenir compte des caractéristiques propres à chaque méthode, leur fiabilité et leur sensibilité aux propriétés d’état du sol. Le procédé vise à proposer une méthode d’estimation simultanée de la teneur en eau et de la densité, associée à un degré de confiance.

La performance de l’approche proposée a été étudiée selon trois scénarios :
(i) Des éprouvettes sont confectionnées en laboratoire, à teneur en eau et densité apparente sèche variables, qui sont prédites avec précision en utilisant l’algorithme de fusion des données. Les teneurs en chaux et en sel sont fixées.
(ii) Des données synthétiques sont modélisées par éléments finis en 2D. Après utilisation du procédé de fusion, ces données permettent d’obtenir des distributions 2D de densité et de teneur en eau associée à un degré de confiance qui correspondent aux paramètres définis, au préalable, dans le modèle numérique.
(iii) Pour éprouver son applicabilité dans un cas réel, le procédé sera testé sur des données acquises in situ sur une planche d’essais construite au Cerema.

 

Découvrez la thèse de Scarlett Gendry en quelques mn:

Dans le dossier Ma thèse au Cerema

A lire aussi