26 avril 2019
Hasaki Oceanographic Research Station (HORS) sur la côte est du Japon
Marissa Yates
En février 2019, deux chercheurs japonais du Port and Airport Research Institute (PARI) ont fait un séjour de 2 semaines en France dans le cadre d’une collaboration scientifique avec le Cerema, financée par le Programme Hubert Curien (PHC) Sakura. L'objectif de cette collaboration est d’améliorer la modélisation empirique de l’évolution du trait de côte, en particulier, face aux impacts du changement climatique.

logo PARIDeux chercheurs japonais du Port and Airport Research Institute (PARI), Masayuki Banno et Takashi Fujiki se sont rendus en février 2019 au Laboratoire d’Hydraulique Saint-Venant (LHSV) à Chatou (78) et aux Laboratoires Géosciences Océan (LGO) et Littoral – Environnement – Télédetection – Géomatique (LETG) à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO) à Plouzané (29) dans le cadre d’une collaboration scientifique financée par le Programme Hubert Curien (PHC) Sakura. Cette collaboration a pour objectif d’améliorer la modélisation empirique de l’évolution du trait de côte, en particulier, face aux impacts du changement climatique.

 

 

Rencontre des partenaires français et japonais

Réunion de travail à Kyoto University sur la modélisation des vagues impactant les côtes

Il s'agissait de la deuxième rencontre entre partenaires français et japonais dans le cadre du projet PHC Sakura. Durant la première semaine, deux sites ont été étudiés pendant la période des grandes marées : les plages de Porsmilin et Vougot en Finistère, ont été réalisées pendant les grandes marées, ces visites ont été suivies par des réunions de travail avec les partenaires du projet à l’UBO. Les chercheurs japonais se sont ensuite rendus au LHSV pendant la deuxième semaine, pour poursuivre leurs discussions sur la modélisation de l’évolution morphologique de ces deux sites ainsi que les lieux d’études japonais, les plages de Hasaki (sur la côte est du Japon) et de Omotehama (sur la côte sud du Japon). L'occasion de cet échange au LHSV, a donné lieu à des présentations de travaux en cours dans le cadre du séminaire du LHSV :

  • l'Observation et l'interprétation du spectre des vagues océaniques multimodales (Dr. Takashi Fujiki) ;
  • l'Observation à long-terme des plages et la projection des changements morphodynamiques du littoral avec les changements climatiques (Dr. Masayuki Banno).

 

Le projet PHC Sakura

Vue plage Vougot dans le Finistère

Le projet PHC Sakura, est un programme de coopération pour la science et la technologie mis en œuvre et financé par la Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) et par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Ce programme bilatéral a pour objectif de soutenir le développement des collaborations internationales franco-japonaises sur des sujets de recherche d’intérêt majeur au sein des deux pays.

Le projet “Prédiction de l’évolution du trait de côte face aux changements climatiques” a pour objectif de développer des outils de modélisation empirique de l’évolution du trait de côte, en particulier en prenant en compte les impacts du changement climatique. Ce projet, financé pour une première année en 2018, relie une collaboration existante en France entre des chercheurs du LHSV et de l’UBO (LGO et LETG) et des chercheurs japonais du Port and Airport Research Institute (PARI), Kyoto University et Toyohashi University of Technology.

Une collaboration scientifique

Présentation des travaux en cours au Cerema concernant l'évolution morphologique des plages lors d'un séminaire au PARI

La collaboration a été initiée en 2016 suite à une première visite au LHSV de Masayuki Banno (chef du projet japonais). Le PARI et le Cerema sont des institutions homologues au Japon et en France, respectivement, dans les domaines de recherche de l’hydrodynamique et de la morphodynamique côtière et littorale. Au sein du Cerema, deux chargés de recherche, Marissa Yates (cheffe du projet français) et Nicolas Le Dantec, ainsi que le directeur scientifique, Philippe Sergent, contribuent à l’analyse de l’évolution morphologique des sites d’études et pilotent le développement et l’extension d’un modèle empirique d’équilibre et son application aux sites d’études. La thèse de Teddy Chataigner, doctorant au LHSV (thèse co-financé par la DGA-AID (Agence Innovation Défense), le Cerema et l'ENPC, 2018-2021), co-encadré par Marissa Yates et Nicolas Le Dantec (directrice de thèse, Nicole Goutal, LHSV, EDF R&D), s’inscrit également dans le cadre du projet Sakura. Ses travaux, focalisés sur la prise en compte des processus longshore dans les changements morphodynamiques des plages, seront validés sur les deux sites d’études en France et les deux sites d’études au Japon.

Durant la première année du projet Sakura, Marissa Yates et Teddy Chataigner avaient fait un déplacement de 10 jours au PARI et à Kyoto University (novembre 2018). Lors de leur séjour au PARI, (Kurihama, Japon), ils avaient fait une visite du site d’étude Hasaki et Marissa Yates avait présenté les travaux en cours de l’équipe française lors d’un séminaire intitulé “Modélisation empirique et physique de l’évolution morphologique des plages”. Les chercheurs français se sont ensuite rendus à l’Ambassade de France à Tokyo pour présenter l’avancement du projet. Cette visite à l'Ambassade a aussi été l’opportunité de contribuer à un court film réalisé à l'occasion de la célébration des 15 ans du Programme PHC Sakura, disponible sur le lien suivant :

https://www.youtube.com/watch?v=Byx5EoEnhWc

Enfin, le projet a été renouvelé en 2019 pour sa deuxième et dernière année, et les prochaines rencontres entre les partenaires sont prévues en automne 2019 avec le second séjour de l’équipe française au Japon.