3 juin 2019
Signature CTE de Grasse
Cerema
Ce lundi 3 juin, le Contrat de transition écologique (CTE) du Pays de Grasse a été signé par l'ensemble des partenaires. Le CTE du pays de Grasse est le premier centré sur les questions de biodiversité.

A Grasse, un CTE orienté vers la biodiversité

Visite du domaine de Manon, culture de fleurs bios
Visite du domaine de Manon, production de fleurs bio.

Le Cerema est l'un des partenaires du Contrat de Transition Ecologique du pays de Grasse. L'objectif des CTE, lancés en 2018, est d'inclure dans la démarche de transition écologique l'ensemble des acteurs locaux: élus, habitants, entreprises, associations. Cette démarche menée en co-construction réunit l’État, la communauté d’agglomération du Pays de Grasse, le Parc Naturel Régional (PNR) des PréAlpes d’Azur, l’Ademe, la Caisse des Dépôts-Banque des Territoires et le Cerema.

Le Cerema est déjà impliqué dans d'autres démarches de CTE, pour le choix d'outils, de méthodes, de critères et indicateurs adaptés à chaque situation.

Après un an et demi d'expérimentation, une nouvelle vague de CTE sera lancée en juillet 2019.

Le CTE du Pays de Grasse vise à déployer, durant quatre ans, une vingtaine d'actions concrètes en faveur de la nature et de la biodiversité.

 

Des actions emblématiques qui seront menées à Grasse :
  • Création d’une université du sauvage : création d’un pôle de formation sur la biodiversité s’adressant aux universitaires, aux étudiants, aux professionnels du tourisme, aux entreprises et aux enfants à l’appui d’un master interdisciplinaire "biodiversité", axé notamment sur les relations Homme-Nature.
  • Formalisation et expérimentation du statut de "Producteur de nature", dans le prolongement des réflexions autour des Paiements pour services environnementaux (PSE) afin de reconnaître que les agriculteurs, les forestiers et plus généralement tous les propriétaires d’espaces non artificialisés gérant un patrimoine vivant inestimable, source de multiples services écologiques.
  • Réimplantation sur le territoire de cultures ancestrales des plantes à parfum en créant un espace de production, de recherche et développement, de transmission de savoir-faire et d’échanges, d’accompagnement des porteurs de projets dans une logique de création d’emplois locaux et de réinsertion (Projet aromatic FabLab)
  • Travail sur le maintien et le développement des activités pastorales et la création d’une dynamique constructive et coopérative autour du pastoralisme dans le Pays de Grasse, territoire fortement soumis à la prédation du loup.
Quelle implication du Cerema dans CTE de Grasse? 

Parmi les actions emblématiques sur lesquels le Cerema pourra s'impliquer figurent :

  • L'Estéron dans une vallée
    L'Estéron - CC-BY-SA Wikimedia Commons
    L'évaluation des services écosystémiques rendus par l’Estéron, rivière sauvage dans le cadre d'un partenariat de recherche et développement avec l'Agence Française de la Biodiversité et l'association Europen River Network et la définition d’indicateurs de l’économie de la biodiversité sur le territoire. Ces travaux viendront alimenter la réflexion sur l’expérimentation et la mise en œuvre de paiements pour services environnementaux « afin de reconnaître que les agriculteurs, les forestiers et plus généralement tous les propriétaires d'espaces non artificialisés [gèrent] un patrimoine vivant inestimable source de multiples services écologiques »
  • En partenariat avec le PNR des préalpes d’Azur et l’école des Mines de Paris, l’identification des zones les favorables au développement de projet photovoltaïques au sol ou en toiture tout en intégrant les très forts enjeux environnementaux et patrimoniaux du territoire.
  • La participation au programme d’action du projet de Réserve internationale de ciel étoilé afin d’accompagner les collectivités dans différentes expérimentation sur le territoire (caractérisation de la pollution lumineuse, renouvellement ou extinction du parc d’éclairage public...)

 

Signature CTE Pays de Grasse le 03 juin 2019

Le Cerema et la démarche des CTE

La démarche des Contrats de Transition Ecologique vise à co-construire, à l'échelle d'un ou plusieurs Établissements publics de coopération intercommunale qui sont les chefs de file, un programme d’actions opérationnelles de transition écologique, sur une durée de 3 à 4 ans. L'objectif est aussi, à travers ces actions, de développer une dynamique économique du territoire.

Les partenaires ont des engagements précis et des objectifs de résultats qui font l’objet d’un suivi et d’une évaluation.

Les premiers territoires, aux profils et aux problématiques différents, ont rejoint cette démarche pour la première phase d'expérimentation à la rentrée 2018. Le 2 avril, les 18 territoires participants et leurs partenaires se sont réunis pour un premier bilan, et pour définir une boîte à outils qui accompagne la démarche, pour lancer la deuxième phase d'expérimentation.

Le Cerema apporte un appui en termes d'ingénierie pour le montage des projets, à travers notamment la réalisation d’expertises techniques dans ses domaines de compétence, et l’élaboration du diagnostic initial ou en cours de projet.