28 mars 2019
Surfaces perméables à promouvoir
Cerema Sud-Ouest-DLB
Comment intégrer la désimperméabilisation des sols dans les documents d’urbanisme? Tel était l'enjeu de la mission du Cerema auprès de la Communauté d’agglomération du Grand Narbonne. L'objectif était d'apporter des solutions pour intégrer les enjeux relatifs au repérage des zones à désimperméabiliser dans son schéma de cohérence territoriale (SCoT).

Le Cerema a répondu présent à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de l’Aude pour accompagner la Communauté d’agglomération du Grand Narbonne à faire face à la désimperméabilisation de ses sols. Afin d'intégrer cet enjeu à l'échelle du Grand Narbonne, une méthodologie efficace a été déployée en proposant des solutions opérationnelles.

La désimperméabilisation des sols, un enjeu de taille

L’imperméabilisation des sols engendre de nombreux méfaits : saturation et débordement des systèmes d’assainissement, augmentation des volumes ruisselés et du risque d’inondation, assèchement des nappes souterraines.

Le Schéma départemental d'aménagement et de gestion de l'eau (SDAGE) Rhône-Méditerranée 2016-2021 prévoit : “éviter, réduire et compenser l’impact des nouvelles surfaces imperméabilisées” (disposition 5A-04 ).

L’objectif ? Inciter les collectivités à intégrer dans leurs documents d’urbanisme une désimperméabilisation des sols à hauteur de 150 % des zones nouvellement urbanisées. Cette mesure touche les zones déjà urbanisées.

 

    Une stratégie à l’échelle du ScoT du Grand Narbonne

    La DDTM de l’Aude envisage de conduire une démarche d’accompagnement de la collectivité du Grand Narbonne pour définir une stratégie de désimperméabilisation des sols afin de l’intégrer dans son schéma de cohérence territoriale (SCoT). Elle souhaite disposer, à l’échelle du SCoT, d’une évaluation de la superficie des zones susceptibles d’être désimperméabilisées, de leur localisation (inventaire cartographique) et des caractéristiques de ces zones :

    •  typologie : zones industrielles, commerciales et résidentielles… ;
    •  propriétés du sol et propriété foncière.

    Pour chaque zone, l’opportunité d’une désimperméabilisation est à analyser. Il s’agit, in fine, de proposer une stratégie ou un outil pour que la collectivité bénéficie de ces zones pour compenser l’imperméabilisation liée à l’urbanisation prévue.

     

      Une méthode basée sur l’expérience, l’analyse et les résultats

      Fondée sur les besoins exprimés par la DDTM de l’Aude, le Cerema propose de conduire la démarche d’étude en 6 phases :

      • Phases 1 et 2 : écoute de la collectivité et parangonnage. Il s’agit de caractériser le contexte dans lequel s’inscrit l’étude et d’identifier des retours d’expériences d’autres collectivités ;

      • Phase 3 : construction d’une méthode de calcul des surfaces à compenser et de repérage des zones à désimperméabiliser; cartographie et inventaire des zones potentiellement à désimperméabiliser ;

      • Phase 4 : analyse par typologie de zones avec identification des leviers/dureté du foncier/caractéristiques physiques du sol [perméabilité, structure, texture, végétalisation...]), croisement des typologies de zones avec les caractéristiques géologiques ; identification des leviers fonciers et administratifs par type de zones ;

      • Phase 5 : définition de la stratégie en fonction de la dureté du foncier, des différentes solutions envisageables, des travaux de désimperméabilisation à la déconnexion de l’eau à la parcelle ;

      • Phase 6 : constitution d’un outil basé sur la synthèse des préconisations et la présentation des résultats.

       

      Contact Cerema Sud-Ouest