12 mars 2019
Lycée de Nort sur Erdre
E+C-, pour "Energie plus, Carbone moins". Dispositif expérimental lancé par les ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires fin 2016 qui vise à construire la réglementation énergétique et environnementale des bâtiments de demain, destinée à remplacer la réglementation thermique RT2012 à horizon 2020. Retour sur cette expérimentation et le rôle joué par le Cerema en régions Normandie et Centre-Val de Loire.

L'expérimentation associe simultanément les problématiques

  • énergétiques pour diminuer les consommations d’un projet,

  • environnementales pour diminuer l’impact carbone et les émissions de gaz à effet de serre sur le cycle de vie (analyse de l’impact sur 50 ans, de la construction à la fin de vie, du bâtiment et de l’aménagement de la parcelle).

Rencontre E+ C- à Tours en juillet 2017 - ©Cerema Normandie-Centre

Le Cerema y a pris part dès le commencement pour apporter aux acteurs du bâtiment tous les éléments de compréhension du référentiel et éclairer sur ses 3 volets :

Référenciel, label, observatoire

Le Cerema Normandie-Centre a ainsi participé aux réunions organisées par les DREAL : 2 réunions en Normandie et 4 rencontres en région Centre-Val de Loire, touchant au total plus de 200 acteurs du bâtiment (maîtres d’ouvrage, bureaux d’étude, étudiants, professionnels…).

Une participation active à l’expérimentation

Au total, 47 bâtiments pour la Normandie et 13 bâtiments pour le Centre-Val de Loire font aujourd’hui partie de l’observatoire.

Ces différentes données seront analysées par les ministères pour co-construire, avec les retours d’expérience des acteurs nationaux, la future réglementation.

L’ADEME a engagé en complément le programme OBEC (Objectifs Bâtiments Energie Carbone) en 2017 dont l’un des objectifs est d’inciter à la réalisation d’évaluations énergétiques, environnementales et économiques de bâtiments neufs selon le référentiel E+ C-.

Cette démarche a déjà permis d’obtenir des premiers résultats en Normandie, présentés lors d’une journée technique organisée par l’ADEME Normandie fin 2018 :

  • - Globalement, les niveaux E semblent bien calibrés,
  • Il est difficile pour certains usages, comme en tertiaire, d’atteindre le niveau C1, notamment du fait du fort impact carbone des matériaux de construction et équipements : le clos couvert, les lots techniques, le second œuvre puis le VRD (Voirie et Réseau Divers), avec des valeurs très volatiles, impactent fortement.

Ces résultats seront complétés en 2019.