11 juin 2019
Photo de contresens autoroutier
Le contresens consiste à emprunter les voies de circulation dans le mauvais sens. Rare, mais ayant de graves conséquences, surtout sur autoroute, ce comportement est souvent lié à une mauvaise interprétation des panneaux de signalisation ou à des demi-tours ou marches arrière intempestifs. Atlandes, société d’autoroute concédée, a donc souhaité trouver une solution pour prévenir ce comportement dangereux. 

En finir avec la pratique de la circulation en contresens, volontaire ou non, tel est l’objectif que s’est fixée Atlandes, société d’autoroute concédée, gestionnaire de l'A63 entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne. On dénombre chaque année près de 400 contresens sur autoroute. Le principal risque est d’entrer en collision frontale avec les autres conducteurs qui, eux, respectent le sens de circulation.

Partenaire connu pour ses compétences dans les domaines de la vidéo, de la sécurité informatique et des systèmes de transport intelligents coopératifs, le Cerema a été mandaté par Atlandes pour déployer un système de détection de ce phénomène à haut risque.

Confrontée à la problématique récurrente des véhicules à contresens, avec toute la dangerosité associée à ce type de situation, Atlandes a sollicité le Cerema pour développer et mettre en place un système de détection fiable et innovant à l’entrée des autoroutes.

 

Le contresens, un comportement à haut risque

Les contresens peuvent être dû à des usagers qui prennent les bretelles d'insertion à l'envers ou d'autres, aussi téméraires qu'inconscients, qui font demi-tour à la vue du péage pour éviter de payer le droit de passage. Atlandes sait que ce phénomène existe sur son réseau autoroutier et souhaite mettre en place un système pour l’éradiquer.

Ces situations sont connues, soit par les signalements d’autres automobilistes, soit grâce aux capteurs disposés en entrée d'autoroute, qui déclenchent dans ces cas, des alarmes. Cette alarme prévient un véhicule de patrouille, systématiquement envoyé sur place. Mais l'usager à l’origine du déclenchement de l’alarme est rarement retrouvé. Pourquoi ?

Est-ce un problème technique provoquant une "fausse alarme" ? Est-ce le résultat du comportement de l’auteur de l’infraction ?

Plusieurs questions se posent alors : l'usager s’est-il rendu compte de son erreur et est reparti dans le bon sens ? S'agit-il de contresens volontaire ou d’inattention ? Quels aménagements en entrée d'autoroute pourraient réduire le nombre de contresens ? Quelles solutions techniques innovantes peuvent apporter une réponse pertinente pour réduire ces risques ?

 

Photomontage - Contresens sur réseau Autoroutier


Un dispositif innovant pour fiabiliser la détection des contresens

En réponse à la problématique des détections de contresens, le Cerema a développé et mis en place un dispositif innovant : une prise de vue de l’incident filmée sous deux angles différents permettant un meilleur discernement pour déclencher le départ d’un patrouilleur. A l’entrée de l'autoroute, le Cerema a implanté un dispositif vidéo interfacé avec le système de boucle de comptage de véhicules existants (capteurs électromagnétiques intégrés dans la chaussée).

Des caméras dotées de fonctionnalités avancées ont été installées au niveau des barrières de péage pour enregistrer des clips vidéos : avant, pendant et après l'évènement. Une première caméra filme la bretelle où peut avoir lieu le contresens. Une seconde filme, en amont de la bretelle, pour comprendre l'origine de ce contresens et déterminer son caractère volontaire ou non.

L’incident est ainsi filmé sous deux angles différents. Le flux vidéo correspondant est envoyé en temps réel à l'opérateur qui évalue la situation avant d'ordonner le départ d'un patrouilleur. 

Le projet a également été l'occasion de tester, en partenariat avec l'industriel Bosch, les futurs modèles de caméras intégrant la reconnaissance des véhicules, avant leur mise à disposition sur le marché.