19 juin 2019
Roseaux
Jukka Virtamo
Partenaire du projet LIFE-ADSORB, destiné à tester une solution pour réduire les charges de polluants des eaux pluviales via des filtres plantés de roseaux, le Cerema a participé le 11 mars 2019 à une visite du prototype (filtre planté innovant pour le traitement des micro-polluants des eaux de ruissellement pluvial) en cours de construction dans le Bois de Boulogne à Paris.
Bassin de test du projet Life Adsorb
Bassin de test pour les filtres.

Le suivi des travaux de construction du déversoir équipé de filtre est une étape cruciale du projet. Le Cerema est tout particulièrement attentif à l’instrumentation, tâche à laquelle il contribue directement tout comme à celles de réception de l’ouvrage et de modélisation de son fonctionnement.

Le Cerema pilote la tâche dédiée à l'évaluation de l'efficacité du filtre. Il réalise en interne certaines analyses de micro-polluants et l'évaluation environnementale en réalisant une analyse de cycle de vie (ACV).

Ce projet a débuté officiellement en juillet 2018 mais La réunion technique de démarrage du projet qui a rassemblé les équipes des partenaires a eu lieu le 12 décembre dans les locaux du Service Technique de l’Eau et de l’Assainissement de la Ville de Paris.

L'objectif du projet LIFE-ADSORB est de mettre en œuvre et de tester une solution innovante permettant de réduire efficacement les charges polluantes des eaux pluviales rejetées en milieu naturel. L’accent est mis sur la réduction significative des micropolluants organiques et minéraux présents dans les eaux de ruissellement de voirie, particulièrement contaminées en métaux, matières en suspension (MES), hydrocarbures et autres substances toxiques pour l'environnement (phtalates, alkylphénols, composés perfluorés, etc). Le traitement de cette contamination en phase dissoute s’avère aujourd’hui insuffisamment prise en compte dans les systèmes classiques de dépollution des eaux pluviales.

LIFE-ADSORB fédère une collectivité avec des partenaires académiques et un bureau d'ingénierie privé :

  • la Ville de Paris, Direction de la Propreté et de l’Eau (DPE-STEA),
  • les laboratoires de recherche : Laboratoire Eau Environnement et Systèmes urbains (Leesu) rattaché à l’École des Ponts ParisTech et à l'Université Paris Est Créteil (UPEC) ; Laboratoire Écologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes (ECOSYS) rattaché à l’INRA et Agro Paris-Tech,
  • le Cerema – Direction territoriale Ile-de-France et son équipe projet de recherche TEAM, 
  • le bureau d’ingénierie de recherche et développement en écologie EcoBird.

C’est en combinant leurs expertises respectives en ingénierie hydraulique, chimie et biologie de l’environnement, sociologie, techniques d’assainissement et de traitement de l’eau, que les partenaires ont conçu une solution innovante de dépollution des eaux pluviales, compatible avec le maintien de la biodiversité, adaptable et transférable.

Compte-tenu du contexte particulier du projet, qui s’insère dans un espace boisé classé, réservoir de biodiversité, il s’agira également de démontrer la compatibilité des enjeux de gestion des eaux pluviales contaminées avec ceux de préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité.

Enfin, le projet LIFE-ADSORB contribuera à consolider la base de connaissances pour le développement, le suivi et l'évaluation d’initiatives en matière de dépollution des eaux pluviales. Le partenariat a fait le choix de concevoir une solution adaptable à des installations déjà existantes, à d’autres territoires (ruraux, moins denses) ou à d’autres applications (industries). Ainsi, le projet vise à créer un nouvel outil opérationnel à disposition des acteurs européens engagés dans l’amélioration de la qualité de l’eau.

 

Le projet LIFE-ADSORB « LIFE17 ENV/FR/000398 - LIFE ADSORB » (est financé, sur une durée de 5 ans (2018 – 2023) à hauteur de 2 568 400 euros par le programme européen Life pour un montant global de 4 644 113 euros.