26 avril 2018
Analyse mobilité
La Collectivité Territoriale Corse (CTC) et les autorités organisatrices de transports ont confié à l’Agence d’Aménagement, de planification et d’Urbanisme de la Corse (AAUC) la maîtrise d’ouvrage d’une enquête déplacements ville moyenne en Corse (EDVM). Le Cerema assure une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage tout au long du dispositif et réalise une première exploitation des résultats. Ceux-ci ont été présentés aux acteurs du territoire le mercredi 14 mars 2018

L'Enquête Déplacements Ville Moyenne de la Corse a été réalisée via des entretiens téléphoniques sur 53 secteurs de tirage. Ces entretiens portent sur les pratiques de déplacements des personnes de 11 ans et plus. L'enquête a été réalisée par un institut spécialisé (Alyce Sofreco) de novembre 2016 à mai 2017, et ce sont 360 communes qui ont été enquêtées, soit 7 450 ménages pour 29 560 déplacements recensés

L’étude de la mobilité quotidienne des résidents de la Corse montre une suprématie de la voiture, puisque près de deux déplacements sur trois se font en voiture.

La motorisation moyenne de la Corse est plus importante que sur le continent de 10 points. Globalement, les résidents se déplacent moins loin et plus fréquemment dans les villes que dans les zones moins urbanisées. L’usage de la voiture est moins prédominante dans les secteurs d’Ajaccio, Bastia et Corte, où les parts modales de la marche sont les plus fortes. Outre la marche, les Bastiais ont recours majoritairement aux transports en commun urbains (part modale de 5% contre 1,7% sur l’ensemble du territoire) et les Ajacciens, aux deux roues motorisées (part modale de 7 % contre 3 % sur l’ensemble du territoire). Le taux d’équipement des ménages en véhicule particulier est moins important dans les villes, et tend globalement à augmenter avec leur taille.

Les choix modaux sont souvent liés aux activités. Près de quatre déplacements sur cinq pour se rendre sur son lieu d’emploi habituel, sont effectués en voiture et seulement 5 % en « voiture partagée ». À partir de 65 ans, deux déplacements sur cinq se font à pied.

Le covoiturage est publicité par les utilisateurs pour sa facilité d’utilisation et pour sa convivialité. Les non-utilisateurs n’expriment pas de besoin particulier pour ce mode et/ou déplorent la contrainte de planifier les déplacements. Les cars urbains sont majoritairement utilisés par une population dite « captive », personnes mineures ou en période d’apprentissage. Les atouts restent incontestablement le coût, à condition que la desserte soit appropriée, et des considérations environnementales. La moitié des non-utilisateurs déclare préférer utiliser un autre moyen pour se déplacer, et un tiers que la desserte n’est pas adaptée à leur besoin.

En comparaison par rapport aux autres territoires enquêtés au niveau national, la Corse se trouve au-dessus des moyennes de consommation énergétique par habitants et d’émission de gaz à effet de serre.

Cette enquête sera complétée par un recueil des déplacements des habitants et des touristes durant la période d’été.

L’EDVM en chiffres:

  • 20 semaines d’enquêtes
  • 360 communes
  • 7 450 ménages enquêtés
  • 313 693 personnes (17 grands secteurs)
  • 3,7 déplacements quotidiens par habitants
  • 20,7 minutes: durée moyenne d’un déplacement (17,9 en moyenne sur le continent)
  • 10,3 km : distance moyenne d’un déplacement
  • Plus de 690 000 déplacements voiture (66% des déplacements)
  • 286 000 déplacements à pied (27% des déplacements)
  • 33 400 déplacements en transport en commun urbain et inter-urbain (3% des déplacements)