27 juillet 2018
 Montereau-Fault-Yonne (77)
El Funcionario
Dans un contexte de forte consommation des espaces naturels et agricoles, la préservation des sols en capacité d’assurer de multiples fonctions est un enjeu essentiel des décennies à venir. Piloté par le Cerema, le projet MUSE permettra d'aider les collectivités à intégrer cette dimension multifonctionnelle dans leurs documents d'urbanisme.

 

la multifonctionnalite des sols, UN ENJEU POUR LA PLANIFICATION

Les sols jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des écosystèmes. En fonction de leurs caractéristiques, ils peuvent assurer avec plus ou moins d'efficacité diverses fonctions : production de biomasse végétale (agriculture, forêt, …), support de biodiversité, infiltration et filtration des eaux pluviales, régulation de l'îlot de chaleur urbain... Cette capacité à assurer de multiples fonctions, et à rendre de fait un certain nombre de services, permet de définir la qualité d'un sol.

Dans un contexte de consommation excessive de cette ressource non renouvelable, les usages des sols constituent désormais un des enjeux forts de l'aménagement du territoire -les sols de "bonne qualité" devant être préservés en priorité de l'urbanisation.

 

 

Le projet MUSE, pour accompagner les collectivites

Débuté fin 2017 et prévu sur 3 ans, le projet MUSE ("intégrer la multifonctionnalité des sols dans les documents d'urbanisme") a pour objectif  de développer une méthodologie qui permette de caractériser la qualité des sols d'un territoire et de la cartographier. Ceci afin de permettre aux collectivités en charge d'élaborer un document d'urbanisme, et en particulier celles en charge de plans locaux d'urbanisme intercommunaux (PLUi), d'intégrer la qualité des sols dans leur réflexion et d'adapter leur projet de territoire à l'usage qui peut être fait de ces derniers. Une des finalités du projet est de protéger de l'urbanisation les sols en capacité de rendre le plus grand nombre de services.

La méthodologie produite permettra d’accompagner les collectivités dans les phases de diagnostic de territoire, de construction du projet d’aménagement (incluant éventuellement la mise en place de mesures d’évitement, de réduction et/ou compensatoires) et, si le document d'urbanisme y est soumis, tout au long de la démarche d’évaluation environnementale du projet. Il permettra aussi de suivre les effets, à travers des indicateurs.

Prévu pour présenter ce projet au séminaire R&D de l'Ademe du 4 et 5 juin 2018 "La recherche au service de la transition énergétique", le poster ci-dessous résume les grands points du projet :

 

poster du projet MUSE

trois collectivités pour tester la methodologie

L'applicabilité de la méthodologie produite  sera testée avec trois collectivités partenaires : Nantes métropole, Châteauroux métropole et Aix-Marseille métropole.

 

UN PROJET COLLECTIF, PILOTE PAR LE CEREMA

Le projet MUSE, piloté par le Cerema, fait intervenir les organismes suivants : 

  • Aix-Marseille Université ;
  • l'IRSTV-IFSTTAR : Institut de recherche en sciences et techniques de la ville - 'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux ;
  • le CEREGE : Centre de Recherche et d’Enseignement de Géosciences de l’Environnement ;
  • le BRGM : Bureau de Recherche Géologique et Minier
  • la Chambre d’agriculture de l’Indre
  • et NRA-Infosol : Unité de service Infosol de l'INRA

 

API PLUi sur un grand territoire

Contacts

Vos contacts au Cerema :

Philippe Branchu (Ile de France),

Fabienne Marseille et Laëtitia Boithias (Territoires et Ville)