22 janvier 2019
Parangonnage Canada
Le Cerema se mobilise actuellement pour apporter une assistance technique aux collectivités et services de l’État dans la mise en place de voies réservées pour covoitureurs sur le réseau routier existant. L’expérience française dans ce domaine étant quasiment nulle, il est important que la future doctrine se nourrisse des exemples existants de part le monde. Le Canada et plus particulièrement le Québec, avec son expérience d’une vingtaine d’années, est apparu comme une destination de choix pour un parangonnage.

L'équipe du Cerema, constituée pour la mission de parangonnage au Canada, a été accueillie en juin 2018 par le Ministère des Transports, de la mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec. Le Cerema a visité les différents aménagements de voies réservées à occupation multiple « VOM » sur les deux villes principales Québec et Montréal afin d'avoir une vision exhaustive des sept sites en service - soit environ 35 km de voies réservées.

Pour les autorités québécoises, parmi les mesures de gestion des déplacements, les VOM sont considérées comme un levier fort pour :

  • réduire la congestion,

  • encourager le choix d’un mode de transport plus durable, comme le covoiturage,

  • contribuer à la diminution des émissions des véhicules.

Cette démarche de parangonnage a permis d’acquérir une connaissance plus fine des éléments de doctrine, de méthodologie et de stratégie de développement des voies réservées multi-occupants ainsi qu'un retour d’expériences des VOM en service au Québec.

Dans ce cadre, le Cerema a produit un rapport d’études du parangonnage, présentant l’état de l’art québécois sur les voies réservées au covoiturage.

Au regard des résultats obtenus lors de ce parangonnage, le Cerema est en mesure de mieux identifier les difficultés et les besoins, qu'ils soient techniques, matériels ou réglementaires pour le déploiement des voies réservées au covoiturage en France.

Voie pour bus au CanadaDe nombreuses règles d'aménagement et d'exploitation des VOM appliquées au Canada pourraient être reproduites en France dont notamment l'adoption du signal de la macle.

Toutefois certains points de divergence stratégique demeurent dont notamment la création quasi-systématique d'une voie nouvelle au Canada au lieu d'une récupération (temporaire ou non) d'une voie existante envisagée en France.

En outre suite aux avancées technologiques, les réflexions françaises concernant le contrôle de l'usage et la verbalisation des VOM permettent de s'orienter à moyen terme vers la mise en place de dispositifs de contrôle sanction automatisé, au lieu d’une interpellation à la volée historiquement pratiquée au Canada.

Ce travail sera poursuivi courant 2019 par l’édition des recommandations pour l'aménagement des voies réservées au covoiturage en France.

 

Contact : Département Aménagement des Territoires
DAT.DTerMed@cerema.fr