Ouverture de données pour les territoires
Ouverture de données pour les territoires
Objet de l'opération

Le Cerema élabore un outil qui permettra le stockage puis l’utilisation de données environnementales.

La première phase de développement concerne les données acoustiques qui sera ensuite complétée par des données sur la qualité de l’air extérieur, puis d’autres en fonction des besoins. Ces données ont vocation à être partagées par une large communauté d’acteurs, et ainsi alimenter un « espace » dédié et sécurisé où elles seraient regroupées.

Les besoins du client

Actuellement, les documents d’ordre réglementaire (CBS, CSV, PPBE…) sont produits par les autorités compétentes en charge de la politique de lutte contre les nuisances sonores (les DDT(M) pour le compte des Préfets, les EPCI et les agglomérations de plus de 100 000 habitants). Ces autorités font appel à différents opérateurs (le Cerema, les associations comme BruitParif et Acoucité, les bureaux d’études, les sociétés concessionnaires d’autoroutes, les opérateurs ferroviaires…) pour les accompagner dans leurs démarches.


Pour aider à cette production, des guides méthodologiques nationaux existent (« Comment réaliser les cartes de bruit stratégiques en agglomération » édité par le Cerema (ex CERTU) en 2006, « Production des cartes de bruit stratégiques des grands axes routiers et ferroviaires » édité par le Cerema (ex SETRA) en 2007). Ils organisent principalement le traitement des données d’entrée, ainsi que le formatage des données de sortie.

Ces guides restent cependant plutôt discrets sur les données en ce qui concerne leur contrôle, la maîtrise de leur qualité et l’optimisation des processus techniques intermédiaires nécessaires à leur traitement.
Les recueils de données d’entrée constituent des phases particulièrement consommatrices de temps et de moyens. Les données sont alors reproduites voire dédoublées par les différentes autorités compétentes, faute notamment d’une organisation technique unifiée, structurée et pérenne.

Les données d’entrée utilisées proviennent de sources multiples, parfois très hétérogènes (données de trafic en particulier). Elles nécessitent a minima un reformatage mais plus généralement une ré-exploitation en profondeur, voire parfois des approximations / forfaitisations qui nécessitent des compétences allant bien au-delà de l’acoustique.

Aujourd’hui par manque d’organisation, les validations intermédiaires des données d’entrée par les fournisseurs externes ou des données de sortie par les futurs utilisateurs peuvent allonger les délais de production des cartes.

La réponse du Cerema

La directive européenne 2002/49/CE sur la gestion du bruit dans l’environnement exige la production de diagnostics acoustiques (appelés Cartes de Bruit Stratégiques, les CBS), puis l’élaboration de plans de lutte contre le bruit (appelés Plans de Prévention du Bruit dans l’Environnement, les PPBE).
De son côté, la réglementation française complète le dispositif en se fondant sur plusieurs axes stratégiques qui agissent sur la prévention (cartes du classement sonore des voies).

Afin d’optimiser ces deux approches, le Cerema travaille sur la possibilité de les faire « converger ». Parmi les axes de progrès envisagés et validés par les Directions Générales en 2014, figure la mise en place de la plateforme unifiée « PlaMADE » pour « Plate-forme Mutualisée d’Aide au Diagnostic Environnemental » qui comporte

  • Toutes les données d’entrée nécessaires à la production des cartes,

  • Les fichiers de modélisations acoustiques produits à partir des données d’entrée,

  • Les produits de sortie (cartes, tables d’objets …) utiles notamment pour l’établissement des plans d’actions.

Les trois fondements de l’outil proposé sont donc :

  • Accueil = stockage de toutes les informations nécessaires ou utiles,

  • Partage = système collaboratif ouvert à tous les acteurs,

  • Sûreté = sécurité des accès et des sauvegardes.

synoptique de PlaMADE

Le Cerema a pour objectif de rendre cette plateforme opérationnelle pour la production des CBS de la 4éme échéance avec Cnossos pour les grandes infrastructures terrestres et les agglomérations.

Le client

le Cerema a été mandaté par les DGs du ministère :

  • Direction Générale de la Prévention des Risques, DGPR
  • Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer, DGITM
Le calendrier
2015 à aujourd'hui
Le montant
300 K€
Pilote du projet

Steve Darry
Chef de projet Système d'Information et Modélisation en Environnement-Santé

Cerema Infrastructures de Transport et Matériaux

Centre de la Sécurité, de l'Environnement et du Patrimoine / Division Environnement

PlaMADE : Plate-forme Mutualisée d’Aide au Diagnostic Environnemental

Pour tout renseignement complémentaire sur ce projet référent, merci de compléter le formulaire suivant. Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

* Champs obligatoires

Civilité

Vous avez une question sur notre activité Bien-être et réduction des nuisances ? N'hésitez pas à nous contacter.