17 juillet 2019
Crue et destruction d'une partie du village de Barèges dans les Pyrénées en 2013
Bernard Suard - TERRA
Afin de favoriser la résilience des territoires de montagne du sud-ouest de l’Europe face aux risques (incendie, inondation et sécheresse), le projet MONTCLIMA vient d’être lancé dans le cadre d’un appel à projets Interreg SUDOE. Il vise, sur le plan transnational, à améliorer la coordination et l’efficacité des mesures de prévention et de gestion des catastrophes, ainsi que la réhabilitation des zones sinistrées.

Logo des projets SUDOELe 13 juin, les projets retenus dans le cadre du troisième appel à projets du programme Interreg SUDOE, concernant les territoires du Sud-Ouest de l’Europe, ont été annoncés.

Parmi eux, le projet MONTCLIMA, porté par le Cerema Sud-Ouest, qui a pour objectif de renforcer la résilience des territoires de montagne du sud-ouest européen (SUDOE) face aux risques naturels climatiques, en mettant en œuvre des solutions efficaces et pérennes.

Les risques pris en compte dans ce projet sont les feux de forêt, les inondations et la sécheresse, qui seront davantage présents avec le phénomène du réchauffement climatique.

 

Répondre auX risques présents en montagne

Le projet MONTCLIMA réunit des partenaires espagnols et français [1]. Quatre projets pilotes, qui s’inscrivent dans le cadre de l’adaptation au changement climatique et de la résilience des territoires, seront déployés :

  • Innover dans la viticulture afin de prévenir l’érosion des sols, en expérimentant une pratique de gestion du sol en pente avec une couverture végétale,
  • Développer une gestion forestière adaptative pour prévenir les incendies et améliorer la résistance aux sécheresses,
  • Améliorer le rôle des forêts protectrices, notamment contre les crues torrentielles,
  • Développer la surveillance des dynamiques des bassins versants pour réduire le risque torrentiel.

Le projet permettra d’établir un référentiel d’actions favorisant la prévention des risques, leur gestion en situation de catastrophe, et la réhabilitation des terres sinistrées

La vallée du Valentin, dans le département des Pyrénées Atlantiques, sera l’un des sites pilotes du projet, avec comme objectif pour les acteurs locaux d’élaborer une stratégie territoriale de prévention des risques, principalement d’inondation. Situé dans une zone de risque géologique, le lit du gave du Valentin (cours d’eau de montagne) comporte la station de ski de Gourette, des campings en zone inondable, des infrastructures routières et hydro-électriques.

 

Définir une stratégie transnationale

Le projet repose sur quatre piliers :

  • Crue du Bastan en juin 2013
    Crue du Bastan en 2013- Serge Ottaviani 
    Capitalisation d’exemples réussis de modes de gouvernance et d’initiatives pratiques de prévention et de gestion des risques naturels. Pour cela, une étude bibliographique et la recherche de l’ensemble des informations et outils pertinents pour renforcer la résilience des territoires seront réalisés.
  • Développement d’une méthodologie visant à élaborer une stratégie transnationale de prévention et de gestion des risques dans les zones de montagne du SUDOE : il s’agira de définir un cadre d’action stratégique transnational efficace pour la prévention et la gestion des risques naturels, avec des recommandations opérationnelles. Des protocoles, documents et autres instruments pouvant être utilisés pour influencer les politiques régionales et européennes d'adaptation au changement climatique seront produits pour chacun des risques étudiés dans le projet MONTCLIMA, afin d’aider la mise en œuvre d’une stratégie de prévention et de gestion dans les territoires.
  • Mise en œuvre de la stratégie transnationale sur des territoires pilotes sur les risques considérés : les actions en faveur de la prévention des risques seront renforcées, et des projets pilotes seront lancés pour mettre en œuvre des mesures d’adaptation au changement climatique dans les forêts, de sylvopastoralisme et d’agriculture.
  • Communication et diffusion des résultats et des outils produits. Après une analyse des résultats obtenus par ces différentes actions, les bonnes pratiques seront capitalisées et diffusées auprès de la communauté scientifique, ainsi que des acteurs des territoires.

Le Cerema contribuera aux travaux en apportant son expertise sur les risques inondation et feu de forêt, sa connaissance des politiques et outils de gestion des risques naturels (Directive inondation, TRI, SLGRI, PAPI...), sa capacité à mobiliser des acteurs du territoire autour d'enjeux et d'actions co-construites alimentées d'expertises techniques pouvant déboucher sur des gouvernances opérationnelles et aux bonnes échelles.

 

Diffuser les résultats auprès des acteurs des territoires

Chantier de restauration d'une rivière suite à une crue
Chantier de restauration d'une rivière suite à une crue en 2013 - Laurent Mignaux

Le Cerema sera également présent sur le volet de la capitalisation et de la diffusion des résultats des travaux, notamment à travers des séminaires destinés à transférer les connaissances. Un séminaire transnational sur les risques naturels dans les zones de montagne et sur le changement climatique sera organisé en 2020, avec des ateliers sur les bonnes pratiques de la zone SUDOE, sur la pérennité des plans après la fin du projet, et sur l’intégration des plans d’action dans les politiques locales.

Par ailleurs, des actions de sensibilisation des acteurs locaux seront menées, à destination des responsables politiques et des acteurs cibles des territoires notamment, à qui les bonnes pratiques seront communiquées via des rencontres et ateliers régionaux, de même que les manières dont elles peuvent être mises en œuvre et suivies.

Une application web sera développée, comme outil d‘aide à la décision, pour réunir les informations sur la vulnérabilité passée et future aux risques des espaces de montagnes de la zone SUDOE. Elle capitalisera les jeux de données sur les événements passés et sur les risques potentiels à venir, et sera accompagnée d’un système cartographique.


[1] Consorcio de la Comunidad de Trabajo de los Pirineos, Centro de investigacion ecologica y aplicaciones forestales, NEIKER-Instituto Vasco de Investigación y Desarrollo Agrario, SA, Fundacion centro de servicios y promocion forestal y de su industria de Castilla, Instituto Politécnico de Bragança, l’Office National des Forêts, GEIE FORESPIR, le Cerema et la Comunidade Intermunicipal da Região de Leiria.


Le projet MONTCLIMA bénéficie des fonds FEDER à hauteur de 6.552.432,30 €.