12 octobre 2021
Livraison d'ameublement par camion en ville
Adobestock
Les 21, 22 et 23 septembre 2021, l’équipe InTerLUD était au salon EnviroPro Sud-Ouest à Bordeaux, pour présenter ce programme de mise en œuvre de chartes de logistique urbaine durable aux acteurs économiques et aux collectivités. Une table-ronde a été organisée par les partenaires, le Cerema et Logistic Low Carbon, pour échanger avec des acteurs de la région Nouvelle-Aquitaine sur leurs expériences dans la mise en œuvre de projets de logistique urbaine durable, pérennes et innovants.

logo InTerLUDCette table-ronde organisée à l'occasion du salon EnviroPro à Bordeaux avait pour objectif de présenter le programme InTerLUD et de partager des retours d'expérience en matière de logistique urbaine durable.

Franck Puharré, délégué régional de Union TLF Sud-Ouest, a introduit la table-ronde en rappelant que la gestion des flux logistiques urbains fait appel à de très nombreux acteurs et qu'il est essentiel de dialoguer avec les collectivités pour réfléchir ensemble sur les mesures à mettre en place.

 

 

Des solutions innovantes à l'épreuve du quotidien

Gilles Delhaie, directeur des infrastructures et des espaces publics de la Ville de Bayonne, a présenté un bilan du fonctionnement du Centre de Distribution Urbaine (CDU) ouvert depuis 2014 au centre-ville. Ce CDU avait été créé afin d’accompagner le changement de réglementation, les élus souhaitant progressivement restreindre l’accès de l’hyper-centre aux véhicules thermiques et agrandir le plateau piétonnier.

Aujourd’hui, 20 à 25% des flux de colis passent par ce CDU, bien au-dessus de l’objectif initial de 10%. Gilles Delhaie a rappelé qu’il est important pour la collectivité d’être à l’écoute de ses partenaires et de savoir s’adapter. Ainsi, suite au dialogue avec les transporteurs locaux, la ville a instauré des mesures d’accompagnement à la transition des flottes de véhicules : financement de l’achat de véhicules électriques ou triporteurs, aménagement de nouvelles aires de livraison et un renforcement des contrôles avec la mise en place de disques de livraison.

Dans la métropole de Bordeaux, le Club Déméter a été à l’initiative d’une expérimentation menée depuis plusieurs années : proposer à des acteurs économiques de réaliser des livraisons en horaires décalés (au petit matin, en soirée, voire en pleine nuit). Comme Thibaut Baladon, chef de projet logistique urbaine à la métropole, l’a rappelé, il n’a pas été facile de convaincre les élus de donner accès aux rues piétonnes du centre-ville à des des porteurs de 26 Tonnes. Cependant, l’expérimentation est un succès car elle a démontré que la massification des flux permettait de diminuer le nombre de véhicules de livraison et donc les GES générés.

Ainsi, il a été calculé une réduction allant jusqu’à -38% des émissions de polluants dans le cadre d’une livraison nocturne réalisée avec un véhicule de 26t en remplacement de plusieurs 7,5t. La ville de Bordeaux vient d’ailleurs d’annoncer que la réglementation allait évoluer afin de favoriser ces livraisons en horaires décalés. Thibaut Baladon a profité de son intervention pour annoncer l’engagement de Bordeaux Métropole dans le Programme InTerLUD.

 

Les éco-défis : un outil pour mobiliser artisans et commerçants

En Gironde, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) et la Chambre du Commerce et de l’Industrie (CCI) proposent aux commerçants et artisans de réaliser un diagnostic de leur impact environnemental et de se lancer "trois défis" sur des sujets variés. La Métropole de Bordeaux finance ces diagnostics (au nombre de 134 en 2021) et des "chèques transition écologique et énergétique" afin de financer des actions concrètes autour de la logistique, de la livraison du dernier kilomètre ou de la mobilité des salariés par exemple.

Lors de cet échange, il a été également rappelé les grands enseignements de l’étude mobilité réalisée par la CMA Gironde auprès d’artisans en 2019, que l’on retrouve dans l’illustration ci-dessous. Diane Combet a indiqué que les artisans et commerçants étaient encore peu sensibilisés à l’impact environnemental de leurs flux, et a lancé un appel pour que la politique de la ville soit plus forte et accompagne ce public dans sa transition.

principaux chiffres de l'étude sur les trajets logistiques

 

La logistique urbaine durable, une démarche qui s’impose aux élus

L’agglomération du Grand Angoulême s’est lancée dans le programme InTerLUD depuis quelques mois et est accompagnée par le Cerema et Logistic Low Carbon dans la définition des besoins des acteurs et des enjeux du territoire. Philippe Vergnaud, élu communautaire au commerce et à l’artisanat, a eu un message fort pour les agglomérations de taille moyenne : "C’est une démarche qui s’impose à nous, politiquement, et il n’est plus question de la repousser à demain. C’est aujourd’hui, maintenant". 

Philippe Vergnaud a également rappelé les spécificités géographiques de la ville d’Angoulême, perchée sur un plateau dont les accès sont limités, et s’est dit prêt à faire place à l’innovation, et l'intérêt d'intégrer les acteurs dans la définition des stratégies et projets.

Enfin, l’équipe d’InTerLUD était ravie de la présence de Jean-Marc Offner, directeur général de l’A’urba (agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine). M. Offner a indiqué que la logistique urbaine commençait à être de plus en plus prise en compte par les urbanistes. Selon lui, il est d’ailleurs essentiel de "mettre en scène" cette logistique, ainsi que les autres activités structurantes de nos villes (eau, énergie…).

Les deux enjeux qui semblent ressortir de la table-ronde et des échanges sont les politiques temporelles et l’exploitation de la voirie. Les collectivités territoriales doivent, selon lui, s’intéresser au temps de la ville, pour fluidifier les usages, et être conscientes de la place de chacun de ces usages dans l’espace public.