18 juillet 2019
 Autoroute A75
© Laurent Mignaux - Terra
Pour la huitième année consécutive, l’observatoire des comportements au volant sur autoroute a été présenté par la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) à partir des résultats d'études fournis par le Cerema.

L'observatoire Sanef des comportements, qu'est-ce que c'est ?

L’observatoire mesure les conduites à risque et permet de suivre l’évolution des résultats selon un protocole renouvelé chaque année à l’identique. L’objectif est de communiquer auprès des usagers afin d’améliorer la sécurité sur les autoroutes.

Le Cerema a proposé les indicateurs afin de décrire au mieux les comportements au volant sur autoroute.

Les principaux indicateurs concernent la répartition du trafic entre les voies de circulation, la possibilité de rabattement sur la voie de droite, les dépassements par la droite, la distribution des vitesses, les temps inter-véhiculaires. Ils sont élaborés en 2019 sur la base de 145 000 passages de véhicules mesurés sur l’autoroute A13.

Le Cerema a mis en œuvre les méthodologies de recueil et analysé les données.

Les comportements en 2019

En 2019, les résultats montrent notamment que 43% des conducteurs de véhicules légers circulent à plus de 130 km/h et 13% sont au-dessus de 140 km/h. Les conducteurs de véhicules légers sont 26% à rouler trop prêt du véhicule précédent. Les conducteurs de véhicules légers sont 36% à occuper la voie du milieu alors qu'ils pourraient se rabattre sur la voie de droite.

L’usage du téléphone au volant et du clignotant sont déterminés par observation d’un échantillon de population depuis un véhicule en circulation. A tout moment, 6% des conducteurs de véhicules légers et 15% des conducteurs de poids-lourds sont ostensiblement en train d'utiliser leur téléphone. Les conducteurs de véhicules légers sont 29% à ne pas actionner leur clignotant pour signaler une manœuvre de dépassement et 45% à ne pas signaler leur intention de se rabattre. 

Pour l’édition 2019, le Cerema a également proposé et réalisé une observation des intrusions involontaires des poids-lourds sur la bande d’arrêt d’urgence. Les trajectoires de plus de 10 000 poids-lourds ont été analysées sur plusieurs sites autoroutiers. Sur une section de 100 mètres sur la bande d'arrêt d'urgence, les poids-lourds sont 21% à se déporter, ce qui correspond à une intrusion sur la bande d'arrêt d'urgence toutes les une à deux minutes selon le trafic.