6 décembre 2018
ENRD Thematic Group on Smart Villages
Le Cerema a participé à la 6e réunion du groupe de travail sur les smart villages, organisée le 5 décembre 2018 à Bruxelles par le Réseau européen pour le développement rural (ENRD) de la Commission Européenne. L’occasion de faire un point sur l’actualité du sujet au niveau européen.

Une définition du smart village qui va au-delà des enjeux technologiques

L’objectif du groupe de travail est de définir les contours et les modalités d’un éventuel fonds de soutien européen dédié aux smart villages. La réflexion s’appuie sur une définition des smart villages adoptée à l’échelle européenne.

Les villages intelligents sont des zones et des collectivités rurales qui s’appuient sur les forces et les ressources existantes ainsi que sur des perspectives nouvelles pour créer de la valeur ajoutée. Les réseaux traditionnels et les nouveaux réseaux y sont optimisés grâce aux technologies de communication numérique, aux innovations et à une meilleure utilisation des connaissances dans l’intérêt des habitants.
Revue rurale de l’UE n° 26

Selon l'Union Européenne (UE), le smart village s’appuie sur ses ressources locales spécifiques et sur les nouvelles technologies pour se développer, ces dernières n’étant cependant qu’un moyen parmi d’autres. De plus, le smart village crée de nouvelles formes de coopération et d’alliances, que ce soit avec les villes et les territoires voisins ou avec les acteurs socio-économiques du territoire.

Pas de modèle unique pour les smart villages

Au-delà de ces grands principes, on reste cependant sur une perception encore floue du concept. Il n’y a en effet pas de description plus concrète de ce qu’est un smart village aujourd’hui, et beaucoup de représentations différentes sont possibles.

En particulier, la question de l’agriculture occupe une place centrale dans la vision du smart village portée par l’UE, mais les débats ont mis en évidence le fait que l’agriculture n’est pas un facteur de développement qui concerne l'ensemble des territoires ruraux.

La tâche est rendue d’autant plus compliquée que des indicateurs chiffrés ne peuvent pas rendre compte de tous les aspects d’un projet, et qu’il est difficile de quantifier les bénéfices sociaux du numérique.

Comment accompagner les territoires ruraux ?

Ainsi, si les grand principes sont posés, force est de constater que le sujet émerge encore difficilement dans les territoires européens. Dès lors, comment les soutenir ?

Lorsqu’il y a une volonté politique, on observe que les projets prennent forme. Il est donc avant tout important de sensibiliser les élus. Il est également crucial de penser au développement des compétences sur les territoires, en parallèle du développement des infrastructures. La coordination et la gouvernance sont d’autres aspects-clés pour la réussite d’un projet.

Plus concrètement, c’est à travers des financements que l’Europe peut soutenir ses territoires. C’est l’objet de la prochaine réunion du groupe, qui traitera des outils de soutien au développement et à leur bonne articulation au service des smart villages. En l’absence d’un fonds spécifique, la piste la plus vraisemblable qui se dessine semble être d’intégrer une composante « smart » dans le programme Leader.