2 mars 2021
Vue d'un arrêt de tram à Lyon avec des gens traversant la voie
R Taburet
Les enquêtes sur la mobilité et les déplacements sont un outil précieux pour les politiques publiques. Le Cerema a élaboré une méthodologie reconnue, qui permet de cibler des problématiques précises en plus d'avoir une vision globale des déplacements à l'échelle d'un territoire. Mathieu Rabaud, co-auteur du guide qui détaille la méthode, présente son intérêt pour les territoires dans une interview en 3 questions.
Le guide "Les enquêtes mobilité certifiées Cerema (EMC²) -  Principes méthodologiques" a été rédigé collectivement par les équipes du Cerema. Mathieu Rabaud, spécialiste des enquêtes mobilité au Cerema, a contribué à coordonner la rédaction et a répondu à 3 questions sur la méthode et le travail pour la faire évoluer en fonction des besoins des territoires.

 

La méthode d'enquêtes déplacements EMC2 a évolué en 2018 pour mieux répondre aux besoins des territoires. Quel en est le principe ?

Couverture du guideLes premières réflexions sur une refonte méthodologie des enquêtes ménages déplacements ont commencé en 2016 sur le constat de besoins de plus en plus importants des collectivités sur les questions de connaissance de la mobilité et l'émergence de nouvelles solutions liées aux données numériques. Nous avons décidé de prendre le temps de tout remettre à plat et surtout de co-construire la nouvelle méthodologie avec les collectivités afin d'être le plus en adéquation possible avec leurs attentes.

Le résultat de ce travail s'est traduit par la réalisation des premières Enquêtes Mobilité Certifiées Cerema (EMC²) au cours de la "saison" 2017/2018.

Le principe d'une EMC², c'est une enquête modulable qui s'articule autour d'un cœur commun à toutes les enquêtes et qui permet de recueillir l'essentiel des données de mobilité en gardant une cohérence totale avec les enquêtes réalisées par le passé. Ce socle commun permet de continuer à réaliser des comparaisons entre territoires et dans le temps, l'une des grandes forces relevées par les collectivités ayant participé à l'élaboration méthodologique.

Au-delà du socle commun, pour répondre à des enjeux supplémentaires sans s'imposer à tous les territoires, le Cerema a développé une palette d'enquêtes complémentaires facultatives qui permettent d'obtenir des informations sur des thématiques spécifiques. La mobilité des étudiants ou du week-end peuvent ainsi faire l'objet de recueil spécifique par exemple, avec une méthodologie qui sera commune à tous les territoires retenant cette solution, permettant là aussi des comparaisons géographiques, et à l'avenir, temporelles.

 

Pourquoi continuer à faire des enquêtes de ce type, relativement longues et complexes à mettre en place, quand notre société regorge de données numériques accessibles en quelques clics ?

La refonte méthodologique a été l'occasion d'une grande introspection, d'une totale remise à plat : doit-on continuer à s'appuyer sur la mémoire des répondants ? Peut-on se passer d'un enquêteur en face à face ou par téléphone ? Les solutions clés en main à partir de données numériques ne répondent-elles pas aux mêmes interrogations ?

Le Cerema a observé ce qui se passe ailleurs, en Europe et dans le monde. Partout, les conclusions sont les mêmes : les données numériques sont complémentaires des enquêtes de mobilité, mais à l'heure actuelle, elles ne sont pas capables de fournir des renseignements de même type. La nature des données que l'on peut obtenir ne satisfait pas aux attentes des collectivités qui ont besoin de données contextualisées (quel est le profil des personnes qui se déplacent ? pourquoi se rendent-elles à cet endroit ? etc).

Le sujet de la pérennité de la source de données dans le temps est également un frein (sera-t-on capable dans 5 ou 10 ans d'obtenir des données de même nature ? Si un autre territoire utilise une source semblable, nos données seront-elles comparables ?). De plus, les contraintes liées à la protection des données personnelles - totalement légitimes - diminuent fortement les possibilités réellement offertes par ces solutions...

Le Cerema reste cependant moteur dans l'utilisation du numérique, proposant des enquêtes complémentaires par internet ou bien avec du traçage numérique des déplacements en complément du cœur d'une EMC². Les données numériques sont également au rendez-vous de nombreux projets mobilité du Cerema en dehors des EMC².

 

A qui s'adresse ce guide ? Comment le Cerema intervient-il pour améliorer la connaissance de la mobilité dans les territoires ?

affiche annonçant une enquete mobilité dans un territoireCet ouvrage s'adresse aux techniciens des collectivités locales en charge des questions de mobilité, mais il intéressera également les bureaux d'études souhaitant participer à la collecte ou à l'exploitation des données, les agences d'urbanisme ainsi que les universitaires utilisant les données des EMC² pour leurs travaux de recherche.

Le format relativement court de cet ouvrage permet d'avoir une vision d'ensemble rapide des EMC². Le guide est complété par toute une série de fiches téléchargeables gratuitement sur le site du Cerema qui permettent d'aller au fond des sujets techniques comme l'échantillonnage ou le suivi de la collecte par exemple.

Le Cerema est par ailleurs disponible partout sur le territoire métropolitain comme ultra-marin pour présenter la méthodologie et accompagner les collectivités dans leur projet d'enquête. Il s'inscrit désormais en tant que partenaire des enquêtes et s'implique tout au long de leur réalisation.

Le Cerema est également en capacité d'accompagner les collectivités dans l'exploitation de leurs données d'enquête. Grâce à la maîtrise de la méthodologie, il est garant de la réalisation des exploitations les plus pertinentes et les plus justes, conformément aux enjeux locaux. Il est également en capacité de développer de nouvelles enquêtes complémentaires pour répondre à un enjeu émergent pour une collectivité ou une méthode d'analyse innovante pour faire toujours mieux parler les données disponibles.

 

Pour télécharger le guide : 

 

Les enquêtes mobilité du Cerema: explications