7 avril 2021
RE2020 données environnementales
Bernard Suard / Terra
La RE2020 est la future réglementation environnementale des bâtiments neufs. Elle évalue à la fois la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs. Ces évaluations s’appuient sur des données d’entrée. Avec les évolutions méthodologiques du volet énergie et l’introduction du volet environnemental ces données sont plus nombreuses et plus complexes que celles utilisées dans la RT2012.

A l'approche de la publication de la RE2020, le Cerema souhaite apporter un éclairage technique auprès des acteurs de la construction sur les évolutions et les apports de cette nouvelle réglementation. Le présent article offre un décryptage de l’utilisation des données pour les calculs de la RE2020, les textes n'étant pas encore publiés, les éléments présents pourront être amenés à évoluer en fonction des échanges encore en cours. En tant que partie prenante à la définition de cette nouvelle réglementation, le Cerema accompagne les professionnels à travers des publications et des formations.

 

La méthode de calcul de la RE2020 est découpée en deux étapes clefs :

UN USAGE DES DONNÉES POUR LA MÉTHODE DE CALCUL ÉNERGETIQUE SIMILAIRES A LA RT2012

Pour l’étape 1, les données d’entrée nécessaires au calcul énergétique sont similaires à celles de la RT2012, il s’agit des :

  • Données qui caractérisent le bâtiment et son environnement proche : dimensions exactes, surfaces, orientations, masques architecturaux ou lointains
  • Données qui caractérisent les matériaux et les équipements : performances thermiques des matériaux, rendement des systèmes énergétiques
  • Données conventionnelles : données météorologiques liés à la localisation du bâtiment, scénarios d’occupation liés à l’usage du bâtiment et aux actions des occupants (gestion des protections mobiles, des ouvertures des baies, etc.)

Ces données qui décrivent et caractérisent le bâtiment, les matériaux et les équipements sont des données opposables et peuvent être de deux natures distinctes :

  • Spécifiques : elles correspondent à des caractéristiques des matériaux et équipements obtenues à partir d’informations fournies par leurs fabricants, leur statut peut être :
    • Certifié : valeur certifiée par un organisme indépendant accrédité selon la norme NF EN 45011 par le COFRAC ou équivalent. Ce statut n'entraîne pas de pénalisation de la valeur
    • Justifié : valeur issue d’un essai en laboratoire indépendant et accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 par le COFRAC ou équivalent. Ce statut entraîne une pénalisation de la valeur
    • Déclaré : ce statut entraîne une pénalisation de la valeur
  • Par défaut : fournies par la méthode de calcul « Th-BCE 2020 » et utilisable sans justification

Comme pour la RT2012, les règles Th-Bat définissent certaines des caractéristiques physiques des éléments qui constituent l’enveloppe du bâtiment.

 

UN PRINCIPE ANALOGUE POUR LES DONNÉES D’ENTRÉE DU CALCUL ENVIRONNEMENTAL

Pour l’étape 2 de la méthode de calcul qui correspond à l’analyse en cycle de vie du bâtiment, les données nécessaires au calcul environnemental reprennent le principe de l’étape 1. A savoir qu’il y a deux types de données d’entrée, celles qui sont relatives à la description du projet et les données environnementales qui y sont associées.

RE2020 données ACV
  • Les données de description du bâtiment, de ses composants et des quantités de chaque catégorie des contributions environnementales. Ce sont les données du projet qui permettent de quantifier :
    • Les métrés précis des composants associés à la contribution relative aux « Composants » : masses de béton, volumes de bois, nombre de tuiles, surface d’isolants, nombre de luminaires, etc.
    • Les kilowattheures d’énergie importée issus du calcul de l’étape 1, associés à la contribution relative à « l’Énergie »
    • Les m3 d’eau consommés pour l’arrosage et d’eau usée rejetée, associés à la contribution relative à l’« Eau »
    • Les litres de gasoil des engins de chantier, m3 d’eau nécessaires au fonctionnement de la base-vie, etc., associés à la contribution relative au « Chantier »
    • Les métrés précis des composants de la parcelle, associés à la contribution relative à la « Parcelle »

Comme pour l’étape de simulation énergétique, ces données sont opposables. Pour les contributions « Chantier » et « Eau », une note de calcul doit expliquer comment ces données ont été collectées ou obtenues par calcul.

  • Les données environnementales qui permettent de caractériser les impacts environnementaux de chaque composant décrit selon une unité de référence appelée « unité fonctionnelle ». Ces données environnementales peuvent être de deux natures :
    • Spécifiques : ce sont les FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) des produits de construction et les PEP (Profil Environnemental Produit) des équipements. Ces déclarations sont fournies par les fabricants et sont vérifiées tierce partie indépendante
    • Par défaut : les DED (données environnementales par défaut) et leurs principes d’élaboration sont disponibles publiquement
  • Les données conventionnelles : la méthode de calcul de la RE2020 intègre des données conventionnelles pour le calcul environnemental, par exemple :
    • Les données environnementales des impacts des énergies et des services qui permettent de caractériser les impacts environnementaux de la mise à disposition d’1 kWh d’électricité, de la potabilisation d’1 m3 d’eau, de l’assainissement collectif d’1 m3 d’eaux usées, de l’évacuation et du traitement des terres du chantier, etc. Ces données sont fixées par le Ministère en charge de l’énergie et sont disponibles publiquement
    • Les données environnementales liées à la simplification des modèles qui sont mises à disposition par le Ministère en charge de la construction et utilisables uniquement dans les méthodes simplifiées, par exemple les impacts des lots et sous-lots de la contribution « Composant ». Ces données sont disponibles publiquement.

Toutes les données environnementales FDES, PEP, DED et les données des énergies et services sont disponibles gratuitement sur la base INIES et les logiciels agrées pour la RE2020 interfacent avec cette base de données.

 

PRIORITÉ D’USAGE DES DONNÉES ENVIRONNEMENTALES

La méthode de calcul priorise l’usage des données environnementales de la manière suivante :

  1. Lorsque que la méthode prévoit l’usage d’une donnée conventionnelle, l’usage de cette donnée est obligatoire
  2. Lorsqu’il existe une donnée spécifique pour une donnée d’entrée du calcul celle-ci doit être préférée à une donnée par défaut. Dans ce cadre, il est autorisé d’utiliser une donnée spécifique majorante pour couvrir un composant de la même gamme pour lequel une donnée spécifique ne serait pas disponible. Par exemple, si une donnée spécifique existe pour un panneau d’épaisseur 15mm, elle peut être utilisée pour le même panneau d’épaisseur 12mm. En revanche, elle ne peut pas être utilisée pour un panneau de 16mm
  3. En l’absence de donnée spécifique une donnée par défaut doit être utilisée

 
LES SCÉNARIOS CONVENTIONNELS DU CALCUL ENVIRONNEMENTAL SUR LES DONNÉES

Afin de maintenir une cohérence entre l’utilisation des données environnementales à l’échelle des composants et le calcul environnemental à l’échelle du bâtiment, la méthode de calcul intègre des scénarios conventionnels sur l’utilisation de ces données, par exemple :

  • Afin d’éviter les doubles comptages à l’échelle du bâtiment : pour les équipements (PEP), les consommations énergétiques lors de l’utilisation de ces équipements sont déjà prises en compte dans la simulation énergétique de l’étape 1, ce sont donc les données de consommation de sortie de l’étape 1 qui sont utilisées pour le calcul environnemental et non pas celles des PEP
  • Un scénario conventionnel d’usage du bâtiment est défini sur ses usages et performances initiales, leur maintien pendant la période d’étude de référence (PER), l’estimation de la fin de vie du bâtiment
  • L’utilisation de composants issus du réemploi sont considérés comme n’ayant aucun impact, les valeurs des impacts pour tous les modules du cycle de vie sont nulles

 

Dans le dossier Réglementation Environnementale 2020 : réduire l’impact carbone des bâtiments neufs (Dossier RE2020)