24 septembre 2018
isolation par l'extérieur d'un rampant de toiture
Julien Burgholzer évoque le positionnement du Cerema sur le domaine de la performance énergétique des bâtiments, afin de répondre aux besoins des territoires et des gestionnaires de patrimoine immobilier.

Durée de la vidéo : 4 minutes 21 secondes

De quelle manière est positionné le Cerema sur la performance énergétique des bâtiments ?

La première position est historique : c’est un appui au ministère que ce soit en Direction Centrale (pour la DHUP) ou au niveau local (pour les DREAL et DDT) : Directions pour lesquelles nous apportons un appui à l’application des réglementations thermiques, notamment par la participation a des commissions au niveau central ou encore à la réalisation de contrôles in situ d’application des règles de construction.

Deuxièmement , le Cerema intervient dans le domaine de la production de connaissance en termes de recherche et d’innovation. Le Cerema participe ainsi à différents projets nationaux ou européens pour améliorer la connaissance dans le domaine de la thermique des bâtiments.

En troisième point, le Cerema intervient également en appui aux acteurs de terrain, qui sont principalement soit des maîtres d’ouvrages publics pour lesquelles nous réalisons des missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage, soit des professionnels (architectes, bureaux d’études, artisans), pour lesquels nous donnons des formations et nous produisons de la connaissance telle que des guides qui leur sont utiles par la suite.

En terme, d’accompagnement des acteurs, sur la question de la performance énergétique des bâtiments on a identifié au Cerema des besoins chez les professionnels du bâtiment. Comment se traduit cet accompagnement ou cet aide au milieu professionnel ?

Le Cerema entend créer le concept de centre de ressources sur différents domaines. Dans le domaine de l’énergétique du bâtiment cela ce traduit notamment par des projets récents de création de centres de ressources : un sur la ventilation dans le bâtiment et un autre sur la rénovation du bâti ancien à l’attention des artisans, des architectes des bureaux d’études .

Ces deux centres de ressources ont vocation à rassembler dans un lieu commun un ensemble de guides, de textes réglementaires, d’outils qui leur permettront d’améliorer leur pratique dans leur projet.

Le Cerema intervient aussi bien au niveau de la qualité des constructions neuves que de la rénovation. En termes d’enjeu, pourquoi est-on aussi beaucoup positionné sur la rénovation du bâti ancien ?.

La rénovation du bâti ancien, c’est un enjeu majeur qui a été identifié par toutes les récentes lois du ministère de l’écologie. Pour une raison très simple c’est que les principales émissions de gaz à effet de serre et la principale consommation d’énergie se font au travers du parc existant.C’est donc sur ce parc-là qu’il faut agir d’ici à 2050 pour attendre les enjeux du facteur 4 notamment dans le domaine du bâtiment.

Cet enjeu-là, le Cerema le traduit par de nombreux projets notamment le projet CREBA* (centre de ressources pour la réhabilitation responsable du bâti ancien) qui vise à créer un centre de ressource sur la rénovation du bâti ancien mais également par différentes études que le Cerema peut produire dans les territoires sur la rénovation des bâtiments.

Nous pouvons également citer le programme Prebat* (Programme national de Recherche et d'expérimentation sur l'Énergie dans les BÂTiments) dans lequel de Cerema intervient par ailleurs, Nous réalisons ici un suivi de bâtiments innovants sur lesquels nous capitalisons les différents enseignements : performances techniques, consommations, qualité d’usage, etc...

Nous en retirons des enseignements que l’on rediffuse ensuite aux professionnels et aux maîtres d’ouvrage.